jeudi 12 juin 2014

Les Rois du Monde de Jean Philippe Jaworsky



Tome 1 : Même pas mort



Présentation de l'éditeur : Je m’appelle Bellovèse, fils de Sacrovèse, fils de Belinos. Pendant la Guerre des Sangliers, mon oncle Ambigat a tué mon père. Entre beaux-frères, ce sont des choses qui arrivent. Surtout quand il s’agit de rois de tribus rivales… Ma mère, mon frère et moi, nous avons été exilés au fond du royaume biturige. Parce que nous étions de son sang, parce qu’il n’est guère glorieux de tuer des enfants, Ambigat nous a épargnés.

Là-dessus, le temps a suivi son cours. Nous avons grandi. Alors mon oncle s’est souvenu de nous. Il a voulu régler ce vieux problème : mon frère et moi, il nous a envoyés guerroyer contre les Ambrones. Il misait sur notre témérité et notre inexpérience, ainsi que sur la vaillance des Ambrones. Il avait raison : dès le début des combats, nous nous sommes jetés au milieu du péril. Comme prévu, je suis tombé dans un fourré de lances. Mais il est arrivé un accident. Je ne suis pas mort.



Un univers celtique que je fus contente de retrouver.

C'est vrai. Ma dernière incursion sérieuse dans cet univers était le génialissime Codex Merlin, il y a deux ans maintenant. Codex que j'avais acheté sous les conseils du mon meilleur ami. Et celui là. Le titre m'a accroché. Même pas Mort ! On dirait mon fils qui se défend lorsque je le bats en jeux de guerre. Du coup, se repérer dans l'histoire par rapport au titre, c'est coton. Cela va être de la Fantasy Bourrine, ou de l'humoristique ? La couverture ne laisser rien soupçonner en même temps car elle est sobre. Elle en impose ! Ce qui m'a décidé, en dehors des avis de la blogo qui sont encensoir, ce sont mes lectures avec Joe Abercrombie qui m'ont redonné goût à un peu plus de High Fantasy. Voire de l'Epic ? On ne peut pas savoir enfin de compte. Déjà parce que les classifications et moi, cela fait deux. Mais aussi parce que personne n'a pu me le dire jusqu'ici.

Tout cela pour vous dire que cette ambiance celtique que j'ai retrouvé dans ce roman... Elle était justement la bienvenue. Elle était tombée pile poil au bon moment. Car la Fantasy un peu médiévale (à la Game Of Thrones, il faut bien le citer), c'est bien. Mais un peu d'autres horizons, cela change aussi la vie.



Vers une belle quête initiatique....

L'ambiance étant posée, moi rêvant de forêts, de magie, d'armure un peu aussi et de philosophie quasi primitive, il faut se pencher un peu sur l'histoire. Nous suivons ici Bellovèse, un fils de clan, qui doit retrouver des sorcières parce au cours d'une bataille, alors qu'il aurait dû mourir, il s'est relevé, ce qui va à l'encontre de l'honneur des clans. En effet, mourir dans un champs de bataille permet d'accéder à la félicité après la mort et apporte l'honneur. Revenir vainqueur, tout autant. Revenir vaincu peut être réparé lors d'une vengeance ou d'une autre guerre. Mais juste survivre à une blessure à l'apparence mortelle, cela ne correspond pas à un miracle mais peut être compris comme une malédiction. Ainsi, Bellovèse nous raconte sa jeunesse et tous les évènements qui l'ont amené à cette blessure. Ainsi que tout le chemin qu'il parcourt pour découvrir ce qu'il doit advenir de lui.

Nous découvrons ainsi ce que c'est que d'être fils d'un chef de clan mort. D'être celui qui n'est pas formé. D'être celui que tout le monde voudrait assassiner afin d'éviter qu'il ne se retourne contre le Roi. Nous découvrons toutes ses peurs, toutes ses joies et tous ses défis.

Même pas mort. Il en aura eu des misères celui-là. Et pourtant, les prochains tomes présagent une vie pleine d'aventure. Car ce passage là n'est qu'un épisode mes amis. Vous verrez bientôt (je l'espère) son accession au pouvoir.































1 commentaire: