lundi 23 juin 2014

La Chambre des morts de Franck Thilliez








Présentation de l'éditeur : Imaginez… Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints. Devant vous, un champ d’éoliennes désert. Soudain le choc, d’une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d’euros, à portée de la main. Que feriez-vous ? Vigo et Sylvain, eux, ont choisi. L’amitié a parfois le goût du sang : désormais le pire de leur cauchemar a un nom… La Bête.








Le roman commence par un dilemme que l'on pourrait tous se poser

Imaginez (et oui je commence comme la présentation dis donc) mais imaginez que vous ayez un accident de voiture et que dans l'autre voiture vous trouviez deux millions d'euros. Personne pour vous reconnaître, personne pour vous coincer. Vous effacer vite fait les traces et vous empochez le pactole?  Ou vous appelez la Police pour signaler le tout ? Alors, quand on a tout pour soi, l'appel aux forces de l'ordre peut venir naturellement. Mais lorsque vous êtes au chômage, que vous venez de commettre un délit et qu'en plus vous avez bu un petit coup .... Là votre main ne va pas nécessairement vers votre téléphone. Bah voyons.

Et poussons le bouchon un peu plus loin maintenant. Lorsque dans cette voiture vous êtes avec votre meilleur ami. Cet argent entre vous, consolidera-t-il votre amitié ou la transformera-t-elle en autre chose ? C'est sur cette piste que part tout d'abord Franck Thilliez, ou plutôt c'est sur cette piste qu'il va adorer nous perdre totalement. Puisqu'il va utiliser cette idée pour vous détourner d'une piste principale dans son nouveau thriller sanglant et tordu : un fou qui enlève des petites filles pour les tuer et ensuite mettre en scène leur mort.


Lucie Hennebelle nous montre une volonté de résoudre des affaires à tout prix.

Comme je n'ai pas lu les sagas dans l'ordre, je savais déjà que Lucie était fortement têtue lorsqu'on parle d'enquête policière mais je me rends compte que c'est ici la première fois ou l'une des premières fois que les lecteurs découvrent ce personnage si chère à mon cœur. Tout d'abord, c'est une Lilloise, ce qui m'offre un terrain descriptif inouï puisque les autoroutes, les villes, les lieux, les accents, les coutumes, je les connais intimement. Cela me donne l'impression que Lucie va peut être déménager et va devenir ma voisine. Cela me donne aussi malheureusement l’impression que le fou du roman qui assassine tout le monde peut être mon voisin (en même temps, mon voisin a construit un bassin à carpe Coï dans son jardin. Vous pensez que c'est un signe ?)

Bref, en dehors de l'ambiance qui me rend à fleur de peau, on découvre surtout Lucie qui entame ses enquêtes à la manière d'un profiler, ce qui n'est pas toujours au goût de ses collègues. De plus, elle est mère célibataire de deux jumelles, ce qui la rend fatiguée, à vif, et préoccupée à longueur de temps. Pourtant, elle veut à tout prix résoudre des enquêtes, au risque de tomber dans des situations dangereuses.

Lucie, c'est l'héroïne perturbée par excellence qui a un je ne sais quoi de pas normal et de flippant. Et c'est aussi ce qui fait qu'on l'adore ! Dans ce tome ci, elle ne se dévoile pas beaucoup mais l'auteur nous donne juste ce qu'il faut pour être accro au personnage.


Et quant au titre du livre ....

Si vous avez lu mes précédentes chroniques sur Franck Thilliez, vous savez que je commence à avoir un tic avec lui : celui de comprendre le titre du roman au début et noter à peu près à partir de quand avec les données qu'il me donne, je peux faire le lien entre le titre du roman et l’œuvre en elle même. Et bien sachez le : j'ai fait le lien aux trois quarts du roman.

Et pour cause, vu les fausses pistes qu'il nous donne, à coup de détails techniques à foison comme il sait le faire et comme il adore le faire d'ailleurs. On se demande jusqu'où il peut aller, jusqu'où il nous emmènera dans l'esprit malade des criminels.

En bref, bien entendu un roman à lire et à relire. Pour ma part, c'était une lecture un peu tordue avec Yumi dont vous avez l'avis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire