lundi 19 mai 2014

Emma et le monde des Enchanterains de William Descoteaux







Présentation de l'éditeur : Emma Archer est la jeune fille la plus étrange, de l école la plus bizarre, de la ville la plus insolite du Québec. Entourée de mystères et de questions sans réponses, sa vie est une énigme, dont personne ne veut rien révéler. D où vient-elle ? Qui est-elle vraiment ? Et surtout, qu est-ce que le monde des Enchanterains, qui persiste à se manifester autour d elle, comme un murmure ? La jeune Emma se lance dans une quête d identité et d appartenance, dans laquelle elle va devoir mesurer sa foi, son courage et sa volonté. Le monde des Enchanterains semble prêt à être découvert...







On pourrait dire que c'est toujours la même chose... On pourrait.

Mais quelle mauvaise langue je pourrai être. Et jamais je n'oserai ne serait-ce une seule minute de vous dire qu'on reprend le même schéma qu'un certain sorcier très célèbre et anglais (allusions allusions). Mais en fait. C'est comme si on voulait comparer tous les livres avec des elfes dedans avec un certain Tolkien. Alors, oui, je pourrai si c'était un copier coller abusif. Mais là... Je dirai que c'est plus une inspiration très légère, à la limite un petit cadre si vous aviez envie de pinailler un petit peu.

Car William Descoteaux a réussi à créer un univers à lui. Bien tangible et bien différencié qui est celui des Enchanterains. Les Enchanterains sont des humains imprégnés de magie depuis des générations. Aussi, il est important de signaler qu'à l'instar de ses copains anglais, tous les Enchanterains ne sont pas des magiciens. C'est même assez rare en fin de compte. Voyez vous, être un Enchanterain signifie que l'on peut manipuler des objets magiques. Ensuite, vous avez toute une panoplie de dons. Nous avons aussi différents Enchanterains : les aventuriers, les éleveurs de monstres, les chasseurs de monstres (et la liste est longue). Vous avez là un monde assez complexe, s'inspirant par touche de beaucoup d'univers. Mais l'équation qui en résulte est tout de même extrêmement originale. On ne peut la voir partout. Et ça c'est un régal (et c'est une blasée en général des romans jeunesse qui vous parle).


Des personnages pas si stéréotypés que cela 

Emma est une orpheline et on le saura pourquoi en lisant le livre (et pan dans les dents). Elle échoie dans un orphelinat un peu bizarre où elle ne se fait pas d'amis pendant des années. Sauf le jour où elle rencontre Thomas. Arrive d'autres évènements un peu bizarres qui font révéler à Emma qu'elle est une Enchanteraine. Et la voilà partie découvrir ce nouveau monde au cours de ses aventures, son ami Thomas la rejoignant. Viendra un troisième acolyte qui rendra les relations entre ces adolescents un peu plus complexe dans le sens où le troisième (et non vous ne saurez pas le nom) vient d'un clan contraire à celui de Thomas.

S'amorce alors une géniale réflexion de l'auteur sur les différences entre clans, comment les vaincre et comment tenter de faire coexister tout ce petit monde plus ou moins en harmonie. On sent d'ailleurs que ce sera un des gros challenge de ce monde un peu particulier avant la fin de la Guerre. Car oui, il y a un grand méchant dans cette histoire qui détient le monde des Enchanterains sous sa poigne de fer. Emma découvrira qu'elle fait partie d'une sorte de Résistance qui elle même a des soucis de clans à résoudre (comme dans toute guerre : qui a trahi, pas trahi, qui veut se battre, qui veut se cacher. Bref, quand je vous disais que c'était poussé). Ainsi, nous évoluons dans un univers d'adulte vus par des yeux de préadolescents. Et je dois dire que c'est assez bien tournés, surtout quand on voit beaucoup d'adultes faire la morales à nos jeunes héros alors qu'ils ont fait les mêmes travers à leur âge ;).


Alors ? Des maladresses ? Des choses à reprocher ?

Bien entendu, on parle d'un nouvel auteur, d'un premier roman. Bien entendu qu'il y a des maladresses dans la forme. Mais sachez le, William Descoteaux a réussi à créer un rythme dans son récit et il le tient ! Et ça, chers amis lecteurs, cela gomme toutes les petites imperfections possibles et inimaginables. Car oui, la qualité est là aussi. On a beau râler un tout petit peu, on n'y peut rien, on se perd littéralement dans le récit. On se prend l'envie de rejoindre ce monde original.

Alors non, je n'ai rien à reprocher. J'ai juste à encourager. Car la matière brute est là, la couverture est magnifique et ce n'est pas quelques toutes petites coquilles qui m'ont gâchée la lecture. J'ai vu plutôt cela d'un œil attendri, saluant ainsi le talent de l'auteur. En espérant qu'il choisisse de poursuivre son aventure. J'ai passé un très bon moment avec Emma et ses Enchanterains.

Un grand merci aussi, pour finir, aux Editions Baudelaire car jamais je n'aurai pu découvrir ce titre sans eux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire