jeudi 17 avril 2014

The Grim Company by Luke Scull



#1 The Grim Company


Description : Les Seigneurs Mages ont renversé les dieux. Depuis, le monde a changé. Ces tyrans aux pouvoirs démesurés ont besoin de magie brute, produite par les cadavres des dieux déchus. Une guerre dévastatrice menace d'embraser tout le continent. Davarus Cole est un jeune homme rebelle et vantard s'imaginant très bien en élu destiné à renverser le Seigneur Salazar, qui règne sans partage sur la cité de Dorminia. Il va croiser la route de Brodar Kayne, un vieux guerrier des Highlands qui fuit lui-même un autre Seigneur Mage, le Shaman. Si leurs chemins se séparent bien vite, ils vont néanmoins tous les deux se retrouver entraînés dans une lutte acharnée contre Salazar, chacun à leur façon : Cole se fait capturer par la milice du tyran et se voit contraint d'embarquer sur un navire qui semble condamné d'avance tandis que Brodar Kayne accompagne une mission de sabotage destinée à priver Salazar de magie. Mais le Seigneur Mage n'est pas sans fidèles serviteurs : parmi eux, Barandas, un homme bon et droit bien conscient des exactions de Salazar... mais déterminé à défendre les intérêts de son maître. Et les menaces qui pèsent sur lui sont nombreuses : la Dame Blanche espère elle aussi imposer son joug sur les terres du tyran.





OK, je suis dans la cour des grands. Et pourtant, c'est un premier roman.

Ce livre là, cela  a été une longue histoire pour moi, un dur labeur, des tas de choses. Il m'a suivi longtemps (quelques mois déjà) et j'en suis sortie victorieuse (et fière, mais vous n'imaginez pas à quel point). Tout commence par une petite opération ebook (bah tiens) à un prix plus qu'intéressant. La couverture VO m'avait tapée littéralement dans l’œil. Comme toujours lorsque je suis indécise, je vais dans mon forum fantasy favori (Elbakin.net) où la critique venait de paraître. Coup de bol monstrueux, l'un des animateur de forum est le traducteur du roman (puisqu'il est sorti en VF début du mois d'Avril). Je saute le pas et je me dis que ça y'est, je vais lire du lourd en VO, surtout que l'histoire avait l'air bien péchue.

La première difficulté lorsqu'on lit en VO pour un gros roman de Fantasy, c'est le vocabulaire et les personnages. Au début, je me suis demandée si Luke Scull savait où il allait. En effet, il nous présente des personnages et des scènes un peu partout. L'action est déjà au rendez vous et je me suis retrouvée perdue entre ma VO, les personnages et l'univers de l'auteur. Mais ne vous fiez pas à cet aspect là. Manifestement, c'est totalement intentionnel pour vous donner une immersion très abrupte. Ainsi, vous êtes obligé d'entrer dans son univers et de découvrir comme vous le pouvez les personnages de ce roman. Passé quelques chapitres, vous nagez comme un petit poisson dans l'eau et vous vous dites que pour un premier roman, c'est la promesse d'une saga magnifique.


Plus que l'exercice de style, c'est tout un univers qui m'a émerveillée.

En effet, je me suis attachée directement à certains personnages car ils m'ont fait rire comme ils m'ont fait pleurer. Mon petit chouchou restera Davarus Cole, un gosse dont le père est sensé être un héros de la Nation. Il veut devenir comme lui, donc toutes ses actions sont régies par le fait qu'il veut à tout prix être un héros : c'est beaucoup de paraître au début mais on se rend compte que le personnage gagne énormément en complexité et en valeur, jusqu'à se sublimer à la fin. Associé à Davarus, nous avons son soutien féminin : Sasha. Cette jeune fille a été élevée à la dure avec lui et crois littéralement en lui. Et c'est grâce à ce soutien qu'il arrive à être et non plus paraître ce qu'il est.

A ces personnages jeunes et beaux qui nous accompagneront tout le long du roman, et suivant d'autres voix (l'auteur aime nous perdre), nous avons Brodar Kayne, accompagné d'un autre homme. Ces deux là ont eu une histoire bien particulière, manifestement, et il y a entre eux une dette de sang. Ils vont fuir le Seigneur Mage, organiser un complot contre lui et croiser la route de la Dame Blanche, celle qui est sensée libérée le pays du joug du Seigneur Mage. Mais ce Seigneur est-il aussi mauvais qu'on le croit ? C'est bien cela le problème ici. Chaque personnage a sa part lumineuse et sa part d'ombre. En fin de compte, on se rend compte que le côté mauvais de chacun n'est qu'une question de point de vue.

Enfin, le système magique est aussi très intriguant. Nous sommes dans une magie décadente car tous les seigneurs mages ont eu à un moment donné un gros problème lors d'une incantation qui a mal finie. C'est un des centres de l'intrigue mais aussi un des mystères de ce livre, c'est qu'on se demande ce qui s'est réellement passé. Bref, la magie est apparemment reliée à des dieux qui eux ont été assassinés pendant ce rituel qui a fait tomber la plupart des mages. Ainsi, les mages actuels ont beaucoup moins de pouvoir qu'avant. Et ils cherchent à remédier à cela. J'aimerai déjà savoir si dans le second tome (The Sword of the North de mémoire qui va bientôt sortir, donc en gros, je vais vous le lire très prochainement), on en saura un petit peu plus sur cette histoire.

En bref, et bien, oui, c'est un coup de cœur. Je pense lire prochainement la VF (qui m'attend sagement dans le salon). Pas sûre d'avoir entièrement compris et digéré ce roman mais je suis déjà bel et bien accro.




2 commentaires: