jeudi 17 avril 2014

Lunardente de Thomas John




Tome 1 : La Cité Noire







Présentation de l'éditeur : Une cité régie par des sorciers aux pouvoirs déclinants. Une cité où toutes les sept nuits, lorsque les lunes se confondent, la mort hante les rues et emporte les défunts. Une cité d'aventures épiques, d'amours et de mort. Quel est donc le mystère de la Cité Noire ? Perdus au milieu de ses complots, Ao, Perceron et Kroll parviendront-ils à survivre ?












Un Roman-Cité ou un Roman-Personnage ?

Il n'y a pas à dire, les promotions de livres électroniques, c'est le mal pour le portemonnaie mais cela paie énormément en matière de découverte. Concernant la saga Lunardente, j'avoue qu'elle ne passait pas réellement dans mes priorité Fantasy. Mais la petite promotion aidant et mes pauses du midi étant très coopératives en ce moment, je me suis lancée dedans. En lisant la quatrième de couverture, je me suis attendue à un roman à la Watsburg (de Cédric Ferrand), un excellent roman cité que j'ai particulièrement aimé. Pourtant, ici, du moins pour ce premier tome, je trouve que ce n'est pas du tout le même moule.

Pourtant, il y a eu des tentatives. En effet, en suivant Perceron, Kroll et Ao, on découvre plusieurs quartiers et plusieurs groupes de personnes de la Cité Noire, même si pour chacun, l'action ne débute absolument pas dans cette ville. On sait aussi que chaque Lunardente, la Cité Noire est visitée par une sorte d'entité qui tue tout ce qui traîne dans les rues et prend tous les morts. En gros, une Fossoyeuse qui débarrasse des corps tous les mois. On sait aussi qu'il y a une sorte de complot pour retrouver un Kriss magique (le Kriss étant une sorte de poignard de cérémonie pour ceux qui ne connaissent pas bien), complot qui va réunir bien malgré eux nos trois personnages.

Mais est-ce bien un Roman-Cité ? Je me pose la question car ce premier tome ne donne pas vraiment accès à l'univers de Lunardente mais prend grand soin de la psychologie des trois personnages principaux, ainsi qu'une dizaine de personnages secondaires qui sont dans la ville ou non. De même, nous prenons connaissance de données politiques qui n'ont rien à voir ou peut être pas avec la Cité Noire. Ainsi, à la vue de ce premier tome, je peux tout simplement dire que c'est un roman hybride qui a son charme mais dont l'univers semble particulièrement fouillé. L'auteur a réussi à maîtriser le rythme de son histoire et à nous faire voyager entre personnages et univers.


Un univers très dense et très addictif

En effet, après avoir cessé ma recherche sur le type du livre, je me suis prise au jeu de l'univers et des personnages. En effet, nous voyons les différentes classes de la société de Lunardente grâce à nos trois personnages : Kroll, qui est un chercheur de trésor et qui a du mal à maîtriser ses accès de colères. Ao, la gentille sorcière aveugle. Perceron, l'imposteur qui se révèle être un manipulateur manipulé les trois quarts du temps. Chaque personnage a un petit charme car il n'a rien pour lui. Mais dans un bon contexte, chacun d'entre eux peut se révéler être un personnage clé pour cet univers.

Et quel univers avec des complots à tout va, un système de magie somme toutes assez classique mais avec de petites touches d'originalité, une ville assez sombre, pesant l'atmosphère à chaque instant (et pour le coup, la couverture est magnifique et représente très bien ce que je m'imaginais en lisant). Enfin, tous les personnages donnent l'impression d'avoir une double facette ce qui est au début assez déstabilisant mais surtout qui au cours du roman nous rend totalement accro.

En bref, une saga à découvrir. Je compte me procurer le tome 2 très prochainement, ne serait ce que pour découvrir ce qui va arriver à nos trois héros et pour tenter de mieux cerner l'univers de Lunardente qui, certes, nous a laissé entrevoir quelques petites choses, mais qui a décidé de garder son mystère, ce qui en fait tout le charme.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire