vendredi 6 décembre 2013

Mes premiers mots d'anglais sur une ardoise




Présentation de l'éditeur : Destinés aux enfants de 3 à 6 ans, ces livres ardoises proposent un système efficace et ludique pour s'initier à l'anglais. Ils sont à la fois : Pratiques et efficaces grâce à des pages effaçables ; les enfants peuvent recommencer à écrire autant de fois qu'ils le souhaitent ; Amusants avec des illustrations aux couleurs de l'univers des enfants. Avec une progression pédagogique adaptée, chaque enfant apprend à son rythme.
Il suit un modèle de forme avec le doigt pour mémoriser le geste, avant s'entraîner à dessiner sur le livre en suivant les modèles. Les pages effaçables lui permettent de recommencer à écrire autant de fois qu'il le souhaite. Les personnages tendres et attachants, et les illustrations très colorées rendent l'apprentissage ludique. Avec un feutre double mine effaçable !




Bonjour tout le monde. Et oui, pour une fois, je fais une chronique avec les enfants. En effet, dans le cadre de la Masse Critique de Babelio, il y avait ce livre proposé. Et comme j'ai deux adorables galopins qui regardent toujours au dessus de mon épaule, ils m'ont fait : "Maman, maman, prends celui là, il a l'air trop bien". Là, je leur dis que ce sont des livres que je peux avoir éventuellement mais que maman ensuite devait faire sa chronique. Et là, ils me disent : "Comme dans tes cahiers?" Oui c'est cela, comme dans mes cahiers. Et là, ils m'ont dit de ne pas m'inquiéter, qu'ils allaient m'aider à faire mes devoirs (et donc merci Babelio et les éditions Bordas pour avoir permis aux enfants de m'aider à rendre ma copie).


Le livre étant arrivé, nous avons comme prévu tout déballé et nous nous sommes installé dans le canapé. Première observations des monstres : il y a un double marqueur, c'est super quand on est deux. Nous ouvrons le livre et nous parcourons au tout début l'ensemble des pages. En tant que maman, je me suis dit que le premier atout est qu'à aucun moment les enfants n'ont pensé que c'était un livre de devoir. C'était un livre de jeux, à faire avec moi. Mais que parfois, ajoutent ils, ils y joueraient à deux quand même, quand ils connaîtront mieux. Aussi, l'idée de l'ardoise est franchement pas mal, du coup, parce qu'on sent que le livre va rester sur la table basse et sera manipulé pendant quelques mois avant de tomber en désuétude. Pour info, d'ailleurs, depuis quelques jours qu'il est entré dans notre famille, il fut déplacé quelques fois, sans que je n'intervienne. Ainsi, ses couleurs et la forme des jeux appelle les enfants à s'en servir. Même si c'est juste pour regarder seul et non apprendre l'anglais sérieusement.

Pour cette étape, j'interviendrais plus tard. Mais maintenant parlons de la partie parentale, lorsque les enfants sont couchés et où on va regarder discrètement ce qui attire leur attention, préparant un conseil de guerre pour leur apprendre (et réviser surtout nous aussi) l'anglais. Les thèmes sont assez variés, passant des chiffres, des jouets, des pièces de la maison.... Ce n'est pas une liste exhaustive d'images et de mots, on se rend vite compte que les enfants pourraient se débrouiller à lire l'anglais sans nous. Il y a en effet des images à assembler, des labyrinthe à faire. Les activités ne se ressemblent pas et surtout, il y a toujours un espace pour leur permettre d'écrire ces mots inconnus.
Petite note pour les parents : l'anglais n'est pas trop compliqué, vous y arriverez ensuite.

Maintenant que les enfants ont regardé dans leur coin et les adultes aussi, il était temps qu'on passe à la partie en commun. La bataille à commencé : les enfants d'un côté, les parents de l'autre, le livre au milieu. Qui allait gagner ? Et bien c'était  eux qui ont profité d'une glissade sur le carrelage pour prendre l'avantage. Nous avons commencé non pas par les jouets qui étaient le premier chapitre mais par la page de la famille. Il fallait comprendre comment on s'appelait tous. Ainsi, depuis quelques jours, je m'appelle Mum, mon compagnon Dad. Et j'entends des Brother and Sister un peu partout dans la maison. Ainsi, oui, on retient assez facilement. Petit à petit, on désigne des mots. Et lorsqu'on ne sait plus très bien, on reprend le livre, on refait la page d'écriture avec le marqueur (dont chaque enfant a sa propre couleur). Et parfois, en revenant de l'école, je les vois en train de faire un des jeux.


Pour conclure, les enfants ont dit que c'était trop bien mais qu'ils n'apprenaient pas à faire des phrases. Et c'est quand qu'on apprend l'Espagnol (bah oui m'enfin). Les parents eux, sont ravis, car ils ont plus de temps (on avoue) pour préparer à manger. Parce qu'avant, on lisait un livre tous ensemble. Et parfois, cela fait du bien de  les entendre jouer comme cela est amusant de corriger leur livre d'anglais. En sommes, un livre ludique pour les famille qui aiment faire plein de choses ensemble. Un grand merci à tous 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire