mardi 10 décembre 2013

La Terre d'Emile Zola








Présentation de l'éditeur : De retour de la bataille de Solférino, le Provençal Jean Macquart s'est installé dans un village de la Beauce où il est devenu le valet du fermier Hourdequin. Mais quoiqu'il s'éprenne bientôt de Françoise, la nièce du vieux père Fouan, Jean reste ici un étranger à la communauté villageoise : car le vrai drame qui va se jouer est celui de la terre que Louis Fouan a décidé de partager entre ses trois enfants.









Décidément, Jean Macquart reste mon préféré dans la famille.

Mais oui, vous connaissez Jean Macquart, je vous en ai déjà parlé dans la Débâcle. C'est un personnage issu du peuple, un paysan pure souche à l'esprit pratique. C'est un homme qui aime la Terre et cela se voit dans la vision que nous donne Zola. Sous sa plume, elle devient une femme séduisante que Jean ensemoncerait pour donner des fruits.

 Jean fera tout pour travailler la Terre. Lorsqu'il s'éprendra de Françoise, il rêvera d'une femme avec des enfants. Et il y arrivera jusqu'à ce que les membres de la famille Fouan tueront l'enfant dans le ventre de sa mère et le chasseront.

Une vision très bestiale de la paysannerie.

Alors oui, c'est le roman le plus bestial qu'Emile Zola a pu écrire sur les hommes. Lorsqu'il parle des paysans, l'auteur nous montre des animaux en rût, qui coucheront sans moralité et ausis qui se tuent pour posséder des lopins de terre.

La Terre va donc déposséder les Hommes de leur moralité. Au contact de celle ci, ils vont s'avilir au point de se déchirer. Et lorsqu'on connaît son point de vue sur la Bourgeoisie, on ne peut se demander qu'une chose : où y a t il de l'espoir pour la France ?


La Terre reste au même titre que l'Argent l'objet de tant de convoitise

Et oui, la Terre est aux paysans ce qu'est l'argent pour la Bourgeoisie. En fin de compte, c'est la possession avide qui dénonce Zola, et en prenant chaque pièce de la société française méticuleusement. La Terre nourricière devient aux mains de l'auteur un poison distillé dans nos veines.

La Terre reste un des monuments du peuple les plus marquants, et Jean un de ces héros du quotidien. La Terre est et restera une des fondations de la littérature française.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire