mercredi 27 novembre 2013

La mort en tête de Sire Cédric


Présentation de l'éditeur : Un thriller à couper le souffle…
Flic, fille d’un serial-killer, asociale, albinos :
Vous allez adorer Eva.
Le duo d’enquêteurs Eva Svärta / Alexandre Vauvert est en bien mauvaise posture…
Ils traquent sans relâche les tueurs psychopathes, mais cette fois ce sont eux les proies d’un criminel sadique. Le suspense est à couper le souffle, le lecteur n’aura pas une seconde de répit.
Tout commence en banlieue parisienne, la séance d’exorcisme d’un enfant de huit ans a tourné au drame. Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle, enceinte de quatre mois, se rend sur les lieux. Est-ce un accident ? Comment est vraiment mort cet enfant ?
Sur place, la policière rencontre Dorian Barbarossa. Un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle de calibre 22 dans le crâne.
Eva Svärta ne se doute pas encore de la descente aux enfers qui l’attend…
Tel un marionnettiste diabolique, Sire Cédric joue avec ses héros de papier comme avec nos émotions.
Frissons et suspense garantis !



Eva Svärta reste l'une des héroïnes les plus torturées que j'ai rencontrées...

Ah ! Sire Cédric ! Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas lu un petit Sire Cédric (il m'en reste encore deux pour info). Mais quel homme ! Quel brushing ! Et surtout quel tortionnaire ! J'ai rarement vu une héroïne de thriller aussi malmené, non pas que cela soit impressionnant mais c'est surtout que les tortures infligées par notre auteur préféré seront infiniment complexes, au moins autant que l'est son personnage. Reprenons un peu le topo pour ceux qui ont loupé l'histoire d'Eva.

Eva est une écorchée dès sa naissance. En effet, elle est albinos, ce qui fait qu'elle a les cheveux blancs et les yeux rouges. Ses particularités physiques sont si visibles qu'elle se sentira à l'écart vis à vis de ses collègues. De plus, elle est très sensible à la lumière donc elle est obligée de vivre dans l'ombre. De plus, Eva est une jumelle dont la soeur a été assassinée sous ses yeux ce qui fait qu'elle aura toujours un manque en elle. Et je vous ai dit que le meurtrier de sa soeur .... ?

Non content de lui fournir un passé torturé, l'auteur lui offre des aventures très mouvementées (ceux qui veulent être curieux liront De fièvre et de sang et Le Premier sang) (et on se dépêche). Ainsi, pour cet épisode, Sire Cédric nous déploie ses outils de torture physiques (car les scènes d'action sont franchement haletantes) mais aussi psychologiques (nous passons un cran au dessus) (mais jusqu'où ira-til?). Eva, cette fois ci, sera la proie et vous verrez que cette orientation est vraiment intéressante.


Un couple de prédateurs pour en arrêter un autre.

En effet, nous avons notre prédateur de l'épisode : Dorian Barbarossa, dont la fibre artistique criminelle est titillée par une balle logée en pleine tête (d'où le titre et comme j'étais fatiguée, j'ai mis un tiers du livre pour faire le lien...) Quoi de plus fou qu'un prédateur qui veut se mettre en haut de la chaine alimentaire en en chassant deux autres ?

Car Eva et Alexandre sont deux prédateurs, ne l'oubliez pas. Ce sont deux léviathans traquant les criminels, deux fauves patients qui ont le flair pour anéantir ceux qui détruisent la vie des autres. Cela en fait deux personnes que l'on admire craintivement. Lorsque nous vivons leurs aventures, nous nous sentons comme de pauvres brebis demandant à un couple de lions de les défendre contre un loup.

Nos deux héros, toutefois, seront traqués et montreront les crocs, ce qui donnera une toute autre ampleur à ce récit car ils repousseront les limites de la légalité pour garder leur vie sauve. Et de pages en pages, nous nous rendons compte à quel point nous ne les contrôlons pas, à quel point nous ne pouvons que suivre le mouvement. Par ce tour, Sire Cédric nous démontre avec brio la maîtrise qu'il a de ses personnages, de son récit.

Au milieu de tout cela, reste la question de l'hérédité

Et enfin, parfois, entre deux courses poursuites effrénées, nous nous posons pour nous interroger sur le point essentiel de cette saga : l'hérédité. En effet, dans les précédents tomes, Eva s'est beaucoup interrogée sur sa nature à cause de son père. Elle s'est beaucoup interrogée sur les liens du sang. Non seulement ce sont des questions que l'on se pose beaucoup dans notre vie (en tous cas, moi oui), mais dans cette optique un peu fantastique, cela prend une toute autre ampleur.

Maintenant, Eva se pose la question pour sa propre descendance puisqu'elle est enceinte et j'ai trouvé ela encore plus intéressant car Eva ne sait toujours pas qui elle est, et qui est son père. Ce message délivré par l'auteur est splendide car non, nous ne nous connaissons pas entièrement, nous ne connaissons pas nos parents parfaitement, et ceux qui le sont comme moi savent que les enfants donnent toujours des surprises.

Et le petit côté fantastique me direz-vous? Nous parlons de sang, le véhicule le plus puissant de la magie. mais aussi d'inconscient, de rêve, cette frontière entre le naturel et le surnaturel. Peut être en découvrirez-vous plus sur l'âme humaine... SI vous survivez à ces quelques pages (à quand le prochain).


Merci Babelio et cette masse critique pour ce petit Noël avant l'heure. C'était un véritable plaisir de découvrir le nouvel opus de Sire Cédric

2 commentaires:

  1. J'en ai l'eau à la bouche ! SI, si vivement que je l'ai entre les mains ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes ! En deux jour il était lu :D

      Supprimer