lundi 28 octobre 2013

Sans parler du chien de Connie Willis



Présentation de l'éditeur : Au XXIe siècle, le professeur Dunworthy dirige une équipe d'historiens qui utilisent des transmetteurs temporels pour aller assister aux événements qui ont modifié l'avenir de l'humanité. Ned Henry est l'un d'eux. Dans le cadre d'un projet de reconstruction de la cathédrale de Coventry, il doit effectuer d'incessantes navettes vers le passé pour récolter un maximum d'informations sur cet édifice détruit par un raid aérien nazi en 1940. Toutefois, quand Dunworthy lui propose d'aller se reposer dans l'Angleterre de la fin du XIXe siècle, ce havre de tranquillité où rien n'est plus épuisant que de canoter sur la Tamise et de jouer au croquet, c'est avec empressement qu'il accepte. Mais Henry n'a pas entendu le professeur préciser qu'il devra en profiter pour corriger un paradoxe temporel provoqué par une de ses collègues qui a sauvé un chat de la noyade en 1888... et l'a ramené par inadvertance avec elle dans le futur. Et quand ce matou voyageur rencontre un chien victorien, cette incongruité spatio-temporelle pourrait bien remettre en cause... la survie de l'humanité !


Du burlesque, du voyage temporel et un chat

Ce roman commence dans un fouillis inexplicable car nous tombons sur ce pauvre Ned Henry en plein décalage temporel. Il doit chercher une potiche pour le compte d'une richissime commanditaire dans les années 40. Mais pour le soigner, ses chefs ont trouvé la solution : l'expédier dans l'Angletter Victorienne à la recherche d'un chat qui, semble-t-il provoque des failles temporelles. Et bien débrouillez vous avec ça pour vous y retrouver.

Je ne dirai qu'une phrase : ne paniquez pas car l'auteure va vous démêler tout cela avec énormément d'humour au travers de situations totalement burlesques qui s'éclaircisseront au fur et à mesure que Ned Henry va se remettre de son déphasage temporel. SI vous aimez les grandes scènes victoriennes où l'on se demande qui va se marier avec qui, avec quelques références aux romans policiers du début du XX° siècle, j'ai envie de vous dire que ce roman est fait pour vous. Il ne faut absolument pas hésiter


Ned Henry, un observateur pas si impartial que cela, et je ne parle même pas du chien

Oui car tout repose sur notre héros qui va tenter de démêler les tenants et les aboutissants de comment un chat (qui est franchement agaçant) va pouvoir sauver l'humanité. C'est ce qu'on appelle l'effet papillon, effet bien connu de tous ceux qui sont férus de voyages temporels. En effet, si l'on bouge un tout petit évènement apparemment anodin dans le passé, va-t-il y avoir un bouleversement total du futur ou du continuum espace - temps, va-t-il rétablir la balance des évènements à force de coïncidences ? Intéressant débat sur la destinée, n'est-ce pas?

C'est dans ces réflexions que Ned Henry va passer la totalité du roman à courir partout pour tenter de réparer les choses, de provoquer des évènements, de sauver le chat... Et je ne vous parle même pas du chien qui prendra un temps considérable de préoccupations et de situations incongrues. Car pour faire une bonne histoire, il ne suffit pas des grandes lignes. Tout est dans les détails. Et ici nous avons été gâtés.


Ce livre a été lu dans le cadre du Baby Challenge Science Fiction 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire