mercredi 23 octobre 2013

La Planète des singes de Pierre Boulle






Présentation de l'éditeur :Au XXXe millénaire, un couple, Jinn et Phyllis, parcourent le cosmos. Lors d'un voyage, ils aperçoivent une... bouteille dérivant dans l'espace. Elle contient le manuscrit d'un explorateur qui a découvert une planète dont les singes sont l'espèce dominante et où les êtres humains sont chassés comme du gibier et réduits à l'état d'animaux de laboratoires. Paradoxe que Boulle exploite tout au long du récit, à la manière d'un conte philosophique, pour observer les travers de nos sociétés.







Un monument de Science Fiction

Il faut rendre à Pierre Boulle ce qui est à Pierre Boulle et une chose est sûre et certaine, c'est que tout le monde connaît la Planète des Singes. Combien y a-t-il eu d'adaptations cinématographiques de cette oeuvre, par exemple. Et son succès tient en deux choses extrêmement simples :
- Un récit court et dynamique
- La possibilité que l'on touche à quelque chose qui fait vraiment mal : la supériorité de la race humaine sur les autres animaux.

Car oui, l'essentiel est là. Et si l'être humain n'était pas la race la plus évoluée ? Et si, sur une aure planète, les singes dominent le monde et les hommes sont de simples animaux domestiques? Car qu'est-ce qui fait la différnece entre notre développement et celui du singe ? Rien de physique, juste le langage. C'est en cela que l'auteur souligne cette hypothèse pour nous rendre le récit encore plus effrayant. Et surtout, quel meilleur moyen de montrer à quel point l'homme est cruel car Pierre Boulle nous fait subir ce que nous faisons subir à nos animaux.


Un récit qui n'a pas pris une ride.

Et non, on peut lire et relire le récit au fil des ans, il s'avère qu'il ne prend pas une seule ride. Et pourquoi? Le soucis du détail uniquement pour les émotions et les choses simples et non sur les technologies, facilement identifiables. C'est une écriture simple, dépouillée qui nous montre le récit d'un homme, Ulysse, qui se retrouve dans une société dirigée par les singes.

Nous verrons les efforts qu'il fournira pour comprendre, pour se faire respecter mais aussi pour augmenter le savoir et les conditions de son peuple. Nous verrons aussi sa désillusion face à la fainéantise de l'homme et enfin, nous verrons l'amour face à une humaine qui symbolise, pour lui, Eve.

En bref, si vous voulez passer une bonne soirée, et ailleurs que devant votre écran, détournez vous des adaptations cinématographiques pour l'ire l'origine


Ce livre a été lu dans le cadre du Baby Challenge Science-Fiction 2013

 
 

4 commentaires:

  1. J'ai été tenté de le lire une fois, je crois que j'aurais dû. ^^
    Ca rappellerait de bons souvenirs en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, fonce. C'est tout petit, c'est léger, ça fait réfléchir. Que du bonheur !

      Supprimer
  2. Je viens de le lire et je l'ai bien aimé. J'ai trouvé particulièrement que Boulle était assez ironique, la fin m'a fait me demander s'il croyait vraiment à son histoire, à ce qu'il avait fait raconter à Ulysse. C'est aspect indécis est assez plaisant et permet de se poser pas mal de questions.

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve aussi que c'est un récit qui ne vieillit pas. C'est vraiment très touchant d'être dans la tête d'Ulysse pendant tout le livre.

    RépondreSupprimer