mardi 8 octobre 2013

La dernière lame d'Estelle Faye






Présentation de l'éditeur : Un monde qui ressemble à notre Renaissance, menacé par la montée des océans grouillant de créatures maléfiques, où règne la violence, la famine et la misère. L’Église des Cendres prospère sur tout ce désespoir, menée par la mystérieuse Marie aux yeux verts. Dans une des dernières villes émergées, Joad tente d’apaiser les souffrances et se prépare à affronter l’Armée des Cendres. Joad et Marie vont s’engager dans une course dont l’enjeu n’est rien de moins que le sort du monde.
 
 
 
 
 
 
 
 
Une allure de Jeanne d'Arc en pleine Renaissance....
 
Cela vous semble bizarre ce que je raconte, n'est-ce pas ? Pourtant, c'est le sentiment que j'ai eu. Marie est une jeune gemme à qui on a ôté la mémoire et ensuite recueillie par l'Eglise des Cendres. Seule femme au milieu de tous ces hommes, elle va prendre l'habit guerrier pour combattre et envahir une terre. Dans cette terre, il y a Joan, un homme médecin, qui lui représente la modernité, à qui on a enlevé la mémoire aussi et qui va tenter de former une résistance contre cette armée destructrice.
 
Et bien, tout le long du récit, j'ai pensé à deux choses :
- L'épopée de Jeanne D'arc
- Le passage du Moyen-Age, de l'obscurantisme, à la Renaissance.
 
Cela ne m'étonne absolument pas d'une auteure française car ce sont deux mouvements qui ont fortement marqué notre Histoire commune. Et quelque part : tant mieux ! Autant s'inspirer de la mémoire collective pour nourrir une histoire de fantasy et qui plus est pour de la jeunesse.
 
 
Mais voilà, j'ai loupé une marche...
 
Je ne sais que vous dire car je suis vraiment désoeuvrée : j'ai loupé le coup de coeur. Les ingrédients étaient là, le contexte y était aussi, l'écriture d'Estelle Faye n'avait en rien un style maladroit, bien au contraire, et l'environnement du récit m'a l'air sommes toutes assez riche mais je suis passée totalement à côté.
 
Peut être est-ce Marie que j'ai trop identifié à la Pucelle au début ? Le fait que ce problème de marée destructrice ne me paraissait pas vraiment angoissant, présent ? J'ai loupé quelque chose, je ne sais absolument pas mais pour le coup, je sais que la qualité est là et que je n'ai pas forcément été au rendez-vous. La fin m'a laissée quelque chose d'inachevé (alors que pour le coup, c'était une vraie fin). Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages (peut être parce qu'ils sont sans mémoire?). Je ne peux pas vous dire que ce n'est pas assez fouillé mais j'ai littéralement traversé le récit comme une brise, sans parvenir à m'accrocher.
 
Du coup ? Que vous conseiller ? Et bien là.... Le livre risque de mieux vous parler qu'à moi. Comme je vous le disais plus tôt  : les ingrédients étaient là ! Tentez le coup si vous le pouvez. Marie captera mieux votre regard Cette fois ci, j'ai loupé le coche en gardant une lecture à demi teinte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire