lundi 14 octobre 2013

Il pleuvait des oiseaux de Jocelyne Saucier







Présentation de l'éditeur : Les Grands feux de Matheson en Ontario au Canada. Nous voilà au cœur d'un drame historique, mais aussi pris par l'histoire d'hommes qui ont choisi la forêt. Trois êtres épris de liberté et qui ont fait un pacte avec la mort.










Un roman qui parle de gens libres mais aussi de liberté

Ce roman est très particulier car il traite de sujets, de personnes délicates. En effet, il parle de grands espaces, de personnes qui veulent se faire oublier, tout simplement pour pouvoir être libres. Elles ne veulent plus avoir d'obligations sociales et continuer ainsi de vivre comme elles l'entendent. On peut se dire qu'elles en deviennent des personnes très solitaires mais il n'en apparaît rien. En fait, cette micro société permet de développer un sens de la solidarité hors du commun. Ce sont des liens extrêmement forts qui retiennent nos personnages, basés sur le respect de l'autre avant tout.

De ces personnes isolées, vivant avec peu de choses, on se rend compte qu'elles sont extrêmement riches, qu'elles vont à l'essentiel. Et c'est en les suivant qu'on se rend compte de la beauté de chaque instant, de l'importance de ses choix.


Un long cheminement pour acquérir la vie ou la mort que l'on souhaite.

De notre trio de personnes âgées, nous avons des personnes qui vont s'apprivoiser. En effet, elles s'étaient chacunes renfermées dans la solitude pour se protéger des autres. Chacune de ces trois personnes ont eu des raisons de se défier d'autres personnes. En devenant des solitaires, elles se permettent ainsi à elles-mêmes de ne pas être blessées. Par contre, en se coupant de tout cela, ils s'empêchent de vivre le partage.

En s'apprivoisant, ils comprennent petit à petit quelles sont les vrais désirs et se donner les moyens de les réaliser. Petit à petit, ils apprennent à redevenir fragiles pour avancer ensemble et surtout à être plus forts.

Un grand merci à Babelio pour cette découverte au travers de la Masse Critique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire