lundi 23 septembre 2013

Les Nouvelles enquêtes du Juge Ti de Frédéric Lenormand



Tome 1 : Le Château du Lac Tchou An



Présentation de l'éditeur : En l'an 668, durant un déplacement en province, le juge Ti est surpris par une inondation spectaculaire. Il se réfugie dans une auberge, dont l'un des hôtes un voyageur de commerce, est bientôt retrouvé mort. Suivi de son fidèle serviteur, le sergent Hong, Ti s'intéresse alors au château des seigneurs locaux - splendide propriété lacustre dont les occupants lui paraissent étranges et inquiets. Il comprend vite que l'opulente famille Tchou toute entière lui ment pour protéger un secret. D'autres meurtres commis à la faveur du brouillard, sur les eaux d'une crue toujours plus menaçante, amènent l'enquêteur à exercer sa légendaire sagacité. Personnage historique du VIIe siècle, le juge Ti fut aussi le magistrat le plus populaire du roman chinois. En inconditionnel inspiré, Frédéric Lenormand reprend à son compte le héros qui fit le succès de la série de Robert Van Gulik, et le ressuscite dans son humour décalé et son intelligence hors du commun





Une lecture qui va vous détendre en vous faisant résoudre une énigme

Quoi de mieux pour se délasser le soir que de se retrouver dans un livre se déroulant dans une Ancienne Chine, avec un juge itinérant qui se retrouve avec deux meurtres sur les bras, une demeure dont les habitants sont franchement bizarres et une crue qui va l'empêcher d'atteindre sa destination première.

Comment peut-on relier ces meurtres avec cette demeure étrange, alors que personne ne coopère ? Et bien Frédéric Lenormand va vous écrire tout cela dans un petit livre bourré de réflexions et d'humour.


Quel homme ce juge Ti !

Le juge Ti pourrait être l'équivalent d'un Lieutement Columbo chinois. Il est doté tout d'abord d'un sens de l'observation très aigu. En effet, il arrive naturellement à discerner les dissimulations des habitants du village. De son sens de l'observation, on découvre un humour caustique absolument irrésistible. S'il y a bien une chose qui peut vous amener à vous détendre d'une longue journée de travail, ce sont bien les réflexions critiques du Juge Ti. Il ne s'en cache pas, il est aussi fortement imprégné de l'esprit de Confucius

C'est avec cet homme délicieux que vous découvrirez les mystères du Lac Tchou An, des scènes de quiproquos très amusantes. J'ai eu l'impression que tout me venait petit à petit, guidée par l'auteur, dans un rythme approchant la perfection. Un premier tome à déguster pour ceux qui aiment les enquêtes policières et les meurtres crapuleux.


Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013



Tome 2 : La nuit des juges


Présentation de l'éditeurLe juge Ti s'ennuie dans sa bonne ville de Peng-lai. Jusqu'au jour où il est convoque à Pien-fou : le préfet doit décider qui, parmi les sept juges réunis, aura l'honneur d'être nommé au poste convoité de cette florissante cité. L'ancien magistrat a en effet été défenestré, et personne ne croit à la thèse de l'accident : La compétition peut commencer : insinuations perfides, médisances, insultes et crocs-enjambe, tous les coups sont permis


Le juge Ti est confronté au jugement de ses collègues

Pour le second opus des nouvelles aventures du juge Ti, nous avons un juge qui s'ennuie. En effet, il n'a pas d'enquête sous la dent et il tourne en rond. Mais voilà qu'une missive lui dit de se rendre directement à Pien Fou. Là, il se retrouve en contact direct avec ses collègues et ne peut s'empêcher d'exercer sur eux son oeil critique.

Aucun juge n'a de grâce à ses yeux. L'un est fainéant, l'autre est trop cupide, l'autre encore n'est juge que par ses relations familiales... On se rend vite compte que les juges ne sont pas exactement le modèle de vertu que l'on imagine, ce sont des hommes comme tout le monde.

Mais le juge Ti n'est pas impartial et parfait non plus. Nous voyons pour une fois la vision des autres du juge Ti. Nous découvrons quelqu'un de carriériste, pointilleux, limite très agaçant. C'est amusant de voir ce point de vue là et de voir surtout un juge Ti plutôt susceptible. Cela le rend plus humain.


Toutefois, à côté se trouve une énigme en forme de poupée russe.

En effet, question énigme, nous ne sommes pas en reste avec un huit clos et des manières tout à fait différentes de résoudre un meurtre selon les juges. Et une fois n'est pas coutume dans tout bon huit clos, un meurtre va en cacher un autre, ce qui rend la résolution de tous ces mystères bien difficile.

En bref, près de 300 pages de détente pure auprès d'un juge de plus en plus attachant avec la découverte de ses petits défauts t de ses petites manies.




Tome 3 : Le palais des courtisanes





Présentation de l'éditeur : Un corps sans tête est découvert dans une maison close de Pou-yang, la ville administrée par le très confucéen juge Ti.
Son enquête au cœur du milieu de la prostitution l'oblige à fréquenter assidûment le quartier réservé. Et ses trois épouses, outragées, se mettent en tête de s'émanciper...











Le pauvre Juge Ti se retrouve dans des situations bien compromettantes.

Il y a bien une chose que je me demande à chaque fois que je commence un tome, c'est : qu'est-ce qu'il va encore lui arriver à notre pauvre Juge Ti ? Figurez vous qu'un de ses collègues débarque. Plutôt que de débattre toute la nuit avec son ami Ti sur les bienfaits de la philosophie confucéenne, il préfère aller visiter une maison close (on se demande pourquoi). Imaginez surtout la tête des trois épouses de notre juge quand elles vont l'apprendre.

Arrive un meurtre -oui, cela arrive - et voilà notre bon juge obligé de fréquenter assidûment des prostituées en voyant ses femmes avoir des fréquentations et un comportement douteux. Affligé d'une épidémie de migraines chez ses épouses, ce qui le force à prendre le canapé, le juge Ti va tenter de démêler cette affaire au milieu de maisons closes, d'héritage, de fantômes et de scandales familiaux.


Entre humour et enquête, le Juge Ti arrivera encore à me surprendre.


Cela semble simple, à vue de nez, et vous allez me dire que c'est sympa mais sans plus. Et bien détrompez vous. Non seulement les situations cocasses qui se déroulent dans ce livre ainsi que l'humour du Juge Ti lui-même, mais en plus, j'ai dû attendre les dernières pages pour découvrir le lien entre les différents protagonistes mais surtout, ce qui est vraiment important dans un policier, j'ai dû attendre les dernières pages pour savoir qui avait fait le coup !

Alors, ce que Frédéric Lenormand écrit, c'est court mais c'est intense et c'est réellement bien agencé. J'adore et j'en redemande.




Tome 4 : Petits meurtres entre moines





Présentation de l'éditeur : Dépêché au monastère taoïste des Rêves pour une procédure de routine, le juge Ti constate de nombreux suicides inexpliqués.
D'autres phénomènes étranges ont lieu: visions prémonitoires, manifestations magiques... Décidément, le quotidien des moines semble quelque peu déroutant. Malgré les efforts de l'abbé, soucieux de le voir partir, le juge Ti est déterminé à faire jaillir la lumière
.










C'était comme une envie de le retrouver.

Une fois qu'on aime les aventures du Juge Ti, il se passe un phénomène étrange. Si vous n'avez pas votre petit épisode au bout d'un certain temps, un phénomène de manque se crée inexorablement. Surtout que la dernière fois, nous laissions notre juge dans une situation plus que délicate avec ses épouses. Dans cet épisode, nous allons plus nous concentrer sur Madame Première qui ne supporte plus les autres épouses ainsi que leurs enfants. En effet, elle n'a pas pu en avoir. Devant ses crises d'hystérie, le juge Ti décide de l'envoyer en retraite dans un couvent où des femmes folles sont envoyées

Notre Juge se demande s'il ne va pas trop loin tout de même parce qu'il l'envoie réellement pour les besoins de son enquête alors que lui même va dans un monastère régler une histoire de meurtres (encore, oui je sais). Là, il va surtout se rendre compte qu'il aime la compagnie de Madame Première ainsi que son caractère fort et bien trempé.


Confucianisme et religion.

Oui, je sais, cette association pique un peu. Mais notre pauvre juge se retrouve dans un monastère du sommeil où, après chaque décès de moine, on lit tous les rêves du défunt afin de déterminer si c'est un saint ou non. Donc, non seulement il doit enquêter sur des morts suspectes mais il se coltine les rêves des victimes après...

Plus sérieusement toutefois, il se rend compte que ce monastère est rempli de personnes qui profitent du système de la religion pour faire fortune et qui ne sont pas du tout là pour faire un office religieux. Ce qui développe un humour acide toujours présent dans les Nouvelles aventures du juge Ti. Et comme de bien entendu, j'avais tout faux sur le coupable :)





Tome 5 : Madame Ti mène l'enquête








Présentation de l'éditeur : Le cadavre d'une femme est découvert dans une clairière.
Le juge Ti, victime d'une malencontreuse chute de cheval, est cloué au lit pour plusieurs semaines. Son épouse, Madame Ti, qui s'ennuie au foyer, décide de le remplacer au pied levé. Mais bientôt, un autre cadavre est retrouvé, et ce n'est plus une, mais deux énigmes qu'il lui faut résoudre...








Un épisode drolissime !

Le juge Ti se blesse et est donc incapable de mener son enquête physiquement; Il charge un de ses sbires de faire l'enquête à sa place mais c'est sans compter Madame Première, au tempérament aussi trempé que son juge de mari qui a décidé de prendre les choses en main. On a donc dans ce tome une ribambelle de sketches où l'épouse du Juge Ti s'arrange pour cacher à son mari et à trouver des excuses complètement bidons pour que celui ci ne découvre pas l'affaire. Le juge Ti découvrira-t-il ainsi la supercherie ? Je vous laisserai deviner en lisant ce tome.

Et donc, Madame Première qui est tout de même une dame distinguée, se retrouve dans la peau d'une enquêtrice et elle aime cela. Je la vois toujours comme une madame Columbo, qu'on ne voit jamais et qui, même si elle est aussi capable que son mari, la société veut qu'elle soit en retrait. C'est exactement cela qui se passe ici sauf que la madame se rebique et se moque très gentiment de son mari alité.


Une enquête réellement prenante

Et oui, l'enquête, elle est un peu sous forme de malédiction, un peu sous forme de meurtres en série. On ne sait pas bien, surtout qu'on a vraiment le point de vue de la dame. Aussi, par ce truchement absolument génial, on ne se doute de la réalité de l'intrigue et surtout qui est le réel coupable que quelques pages avant la fin. Bien entendu, le tout arrosé à la sauce du Juge Ti !

Aussi, un petit roman idéal pour vos week end détente. Je vous recommande encore et toujours cette saga inépuisable pour le bonheur de vos petits esprits engourdis :)





Tome 6 : Mort d'un cuisinier chinois









Présentation de l'éditeur : Tout juste nommé à la Cour métropolitaine de justice, le juge Ti est de retour à Chang-an, capitale de l'empire des Tang, pour le plus grand plaisir de ses trois vénérables épouses. Le grand chambellan convoque Ti : un cuisinier est mort empoisonné au cœur de la Cité interdite. Le fait divers prend des allures d'affaire d'Etat : mourir dans ces lieux sacrés relève du crime de lèse- majesté.









Quand le Juge Ti se méjuge.....

Et dire que je ne sais même pas si ce terme existe mais c'est réellement cela. Le Juge Ti est nommé à la Court métropolitaine de Justice. Comme il pense qu'on la remarqué et tout, il débarque à la capitale tel un paon pour découvrir que c'est une nomination faite  un peu comme ça (pour le plaisiiiiiiiiiiiiiir) mais qu'il n'en tirera ni job ni rémunération. Je vous laisse imaginer la tête de Madame Première (ma préférée) qui débarque chez la Belle mère, un endroit qu'elle a détesté pendant des années, pour se faire dire que non seulement elle ne déménagera pas mais que son mari est quasiment au chômage.

Qui plus est. Elle apprend que sa Belle Mère est quasiment ruiné. Donc en gros, elle est coincée avec une vieille ennemi qui l'empêche de sortir et lui donne toutes les corvées, tout en soulignant qu'elle n'a jamais pu donner d'enfant à Ti. Ce que je trouve mais grrrrrrr. Surtout que la pauvre dame fait beaucoup de chose pour son mari (mais nous en reparlerons plus tard).

Heureusement, une mort arrive (tiens tiens), et du coup, Ti va pouvoir bosser un peu. Mais directement dans la Cité Interdite. Et là ce fut un pur moment de bonheur que de voir les péripéties de cette enquête, surtout avec Ti qui découvre qu'en fait, il n'est pas si célèbre que cela. Et surtout, qu'il risque de mourir prématurément s'il ne résout pas cette enquête.


Et pendant cela, Madame Ti.....

C'est un peu ma Madame Columbo à moi. Je l'aime d'amour cette femme. Et dans cet épisode-ci, c'est encore pire. Déjà, elle accepte un nouveau déménagement chez la Belle Mère (on ronge déjà bien le frein). Mais surtout, elle accepte sans broncher que celle ci la critique ouvertement sur son manque de fertilité. Mais notre Madame Ti ne bronche pas et surtout, elle trouve que la mort de son Beau Père et aussi que la fortune disparue de la famille est suspecte. Aussi mène-t-elle l'enquête. Et là.... C'est une seconde intrigue géniale qui se déroule devant nos yeux.

Et donc, on a des révélations, des situations cocasses, des cancans familiaux, une enquête aussi et la révélation de l'unité du couple principale des Ti. On se rend compte que Ti et Madame Première, même s'ils se fritent constamment (pour notre plus grand plaisir), ils s'aiment ceux là. Et c'est pour cela que cela marche. Et c'est pour cela aussi que je suis très contente de vous faire cette chronique, parce que je pourrai lire le prochain tome (yes !)

6 commentaires:

  1. Van Gulik avait créé une série de qualité, espérons que le nouvel auteur en fasse autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant, je trouve qu'il relève le défi.
      Mais comme toutes les sagas, il faut voir dans le temps.

      Supprimer
    2. c'est une vision du Juge différente, mais maniée avec humour et une écriture pétillante d'intelligente et surtout surtout un excellent pilier d'érudition, pour tous les juges Ti mais également pour ses autres livres, Voltaire, Venise et sa léonora... croyez moi le temps ne fait à l'affaire dans ce cas précis.... alors bonne lecture

      Supprimer
    3. Merci Beaucoup Renée.
      Il ne me reste plus qu'à lire les autres tomes pour vous confirmer tout cela ^^

      Supprimer
  2. J'aime énormément le juge Ti de Van Gulik, je les relis d'ailleurs régulièrement, et j'hésite à chaque fois à acheter les nouvelles aventures écrites par Lenormand. Je pense de plus en plus me laisser tenter, et tes avis me conforte dans cette idée ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais vas-y. Je viens encore d'en relire un et je suis de plus en plus accro !

      Supprimer