dimanche 29 septembre 2013

Even Dead Things Feel your Love de Mathieu Guibé




Présentation de l'éditeur : Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.
L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.






Un roman gothique et romantique (enfin).

Vampire? Vous avez dit vampire ? Comme c'est Vampire... Non ! Comme si ce n'était pas un thème over-traité en littérature. Comment ne pas tomber dans la caricature avec tous ces livres qui ont tendance à étirer ce mythe pour le rendre plus sexy, plus accessible, ce qui prouve à quel point les gens ont besoin d'être rassuré - le vampire, c'est bien entendu la peur de la mort, du noir, de la nuit.

Mais avec un titre aussi rock n' roll, une illustration aussi magnifique et un petit livret qui m'avait déjà mis en confiance (quintessence hiémale, quand tu nous tiens), je ne pouvais qu'y aller franco, me mettre dans l'ambiance XIX° britannique... Bon, OK, j'étais au boulot, c'était pendant la pause midi. Mais dans ma tête. Rhalalala cette couverture !

*Tousse* Reprenons. Mais fut un temps où le vampire donnait l'occasion surtout d'avoir un bon roman gothique et/ou romantique, ce qui signifiait une ambiance sombre, mélancolique, un élément surnaturel et une histoire d'amour impossible. Vous aurez ici tous les ingrédients de ce type de roman et inutile de vous dire que Mathieu Guibé a bien bossé pour le coup.


Un roman sur le deuil (d'un mort).

Et surtout, on sent que je travaille trop si je multiplie les parenthèses dans mes chroniques.... *fear*

Un histoire d'amour impossible, non ? Tout est dans le titre, mes amis : Even Dead Things feel your love. Joshua est un vampire qui vit en marge de la société, ce qui est l'image même du vampire : une personne morte qui vit quand même et qui n'a plus à se plier aux contraintes de la société. Et là je dis : Merci l'auteur et lisez bien ce que je vais écrire après : UN VAMPIRE CELA NE VIT PAS EN MEUTE OU EN GROUPE. CA VIT TOUT SEUL COMME UN VIEUX DANS SA BIBLIOTHEQUE !!!!! Donc je reprends, un vampire, cela vit tout seul, et lorsque la solitude lui pèse trop, il prend un compagnon.

Rares sont les vampires amoureux et en général, ils finissent mal (Dracula, si tu nous entends). Lorsque Joshua rencontre Abigael (je crois, j'ai un trou sur les prénoms, je suis désolée), sa vie ou plutôt sa mort va en être bouleversée. En effet, elle l'amène à se sociabiliser, à vivre parmi les humains (à faire la fête, en d'autres termes). Par la force de son amour, elle le rend presque humain, le métamorphose.

Mais lorsque cet amour n'est plus, Joshua ne redevient pas ce qu'il était, il garde ces sentiments et devra accepter cette perte. C'est ce deuil de cet amour que Mathieu Guibé nous racontera ici. Comment une personne qui est censée neplus ressentir ces sentiments va gérer cette perte ?

En bref, à travers ce roman qui va dans la simplicité du mythe du vampire, dans la simplicité des sentiments, j'ai pu retrouver la créature que j'aime et que je recherche toujours dans la littérature contemporaine.

2 commentaires:

  1. Ahhh ! Rien que parce que tu parles de vampire solitaire, tu me convaincs de l'acheter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur immatériel, ce n'est pas très cher. Ou sur le site des éditions du chat noir aussi ^^

      Supprimer