vendredi 2 août 2013

Les Royaumes Oubliés, la Séquence d'Elminster de Ed Greenwood



Tome 1 : La jeunesse d'un mage




Présentation de l'éditeur : Au temps où les dragons du mal rôdent encore dans les cieux de Faerûn, un petit berger rêve d'aventure : son nom est Elminster. Favori de Mystra, la déesse de la magie, il ne manque ni de courage ni d'imagination. Un jour, il deviendra le sage parmi les sages. Mais la voie de la sagesse est semée d'embûches, car le monde est désormais aux mains des barbares et des sorciers : les parents du garçon sont assassinés et son village rasé. Pour l'heure, Elminster n'a que sa jeunesse pour lui. Mais la jeunesse n'est-elle pas destinée à changer le monde ?








Le type même du livre initiatique pour mage.

Nous commençons le livre avec Elminster qui assiste à l'assassinat de son père par un mage. Comme vous pouvez vous en douter, il est très en colère et jure de se venger de tous les seigneurs mages du coin. Cerise sur le gâteau, nous pensons qu'il est un simple berger mais en fait, il est un des héritiers du trône. Elminster va croiser le chemin d'un ancien chevalier qui va lui donner la première direction à suivre pour commencer son entraînement. Le but du livre sera de suivre l'enfance d'Elminster, au fil de ses pérégrinations, au fil des obstacles de sa vie.

De berger à mage très puissant, Elminster découvrira le monde qu'il entoure, la déesse qui le protège et surtout le fait que sa cause, au delà de la vengeance est juste. En effet, tout va mal au royaume de Faerûn et il fallait quelqu'un pour rétablir l'équilibre. Elminster y arrivera-t-il ? Vous le saurez en le lisant bien entendu ^^


Un univers plutôt jeunesse en fait.

L'univers développé ici est plutôt magique et moyenâgeux. On peut dire que c'est un classique de la fantasy, peuplé de mages, de chevaliers, d'elfes et de dragons. Le récit vous semblera parfois un peu simpliste mais c'est tout à fait logique lorsque l'on se souvient que c'est un roman jeunesse. Et je pense que c'est un des romans qui pousseront nos petits enfants adolescents à apprécier la fantasy, la magie et toutes ces choses.

En effet, le style de l'auteur est vraiment fluide, il organise l'histoire avec différentes clés qui permettent le déroulement sans accroc. Vous alternerez quelques petits descriptions au travers du regard d'Elminster, des scènes d'actions tout de même assez musclés, de l'apprentissage de l'histoire du pays (sans trop s'étendre dessus) et surtout quelques scènes humoristiques. Au travers de tous ces passages, vous découvrirez le personnage d'Elminster, le prototype même du jeune héros pleins de dons, mais dont le regard innocent vous montrera sa sagesse.

En bref, une très bonne découverte pour mes pauses midi. Ce ne sera pas un coup de cœur mais j'ai été charmée de découvrir l'univers assez fouillé d'Ed Greenwood

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie


Tome 2 : Elminster à Myth Drannor



Présentation de l'éditeur : Elu de Mystra, le jeune Elminster est chargé d'une mission par sa déesse.
Au mépris du danger, il devra se rendre à Cormanthyr, la fabuleuse cité des elfes, et fraterniser avec le peuple le plus xénophobe des Royaumes. S'il rencontre des difficultés en chemin, à lui de se débrouiller. Et un aller simple pour Cormanthyr ! pense le jeune mage, non sans amertume. La vie d'élu n'est pas drôle tous les jours, et Mystra n'a pas daigné lui dire ce qu'il était censé faire chez ces fichues Oreilles Pointues...
Comme on connaît ses dieux, on les adore ! D'ici que le pauvre garçon en ait pour vingt ans avant de savoir de quoi il retourne !










Elminster, ce héros si parfait....

Et oui, nous sommes dans un saga jeunesse alors il nous faut du héros brushingué, sans peur, sans reproche. Du héros lavé avec Mir Laine et dont les vêtements immaculés ressortent sans un faux plis, même après la bataille, Elminster a tout. Il a été une femme, il a été l'élu d'une déesse, c'est un prince et un grand magicien. ON lui dit de partir chez les elfes alors que ceux ci n'aiment pas les autres ? Pas de problème. Il prend son sac et en avant l'aventure !


J'avais oublié que lorsque j'étais petite, ces héros remplissaient mon univers. Je rêvais d'être parfaite comme eux, déjouant tous les pièges avec mon sourire ultra bright, ma bonne volonté et une bonne vanne. Avec le temps, évidemment, que j'ai besoin de héros plus complexes mais avouez qu'Elminster, il en jette !


Un récit raconté comme un jeu de rôle

N'oublions pas qu'Ed Greenwood a écrit des scenariis pour jeux de plateaux avant. Et quitte à lire les héros parfaits, autant se régaler du spectacle. Et mes souvenirs de jeux de plateau sont revenus grâce au système de magie. Et oui, ne pensez pas que la magie est un don inné ici, on utilise des parchemins et on a des réserves. Pareil pour les rencontres. On se ballade en forêt, tranquilles. Jet de dés : hop un monstre. Et bien il y'aura un combat.

J'avoue que quelque part, je me suis prise au jeu. Aussi ai-je passé une bonne soirée en compagnie d'Elminster et de ses aventures auprès des elfes qui sont dépeints de manière très arrogante, très caricaturale. Ce sont des elfes pervertis par la politique humaine, sur le déclin. A trop vouloir rester sectaires, ils se condamnent eux même et c'est cela le message : c'est en échangeant avec les autres peuples que l'on s'enrichit et que l'on survit.

A bientôt pour de nouvelles aventures avec Elminster.




Tome 3 : La tentation d'Elminster





Présentation de l'éditeur : Comment tenter un mage qui a déjà tous les pouvoirs ? Sortant d'une tombe obscure après quelques siècles d'hibernation involontaire, Elminster demande le soutien et les conseils de Mystra et n'obtient aucune réponse.
Désorienté, le plus grand mage des Royaumes tombe entre les griffes de la sinistre Dame des Ombres. Pour un amoureux de la justice comme lui, les intrigues et les machinations de la sorcière sont un crève-cœur permanent. Mais que faire quand votre déesse adorée vous tourne obstinément le dos ? Et tout bien pesé, le mal n'a pas seulement des désavantages... Elminster le Sage deviendra-t-il Elminster le Diabolique ?





Une mise à l'épreuve pour Elminster

Au début de ce tome, après un long sommeil, Elminster tente de prendre contact avec sa déesse adorée, Mystra. Mais celle-ci ne répond pas. Elminster, qui a voué sa vie entière à l'adoration de sa déesse se sent plus seul que jamais. Surtout qu'il entend  d'autres voix qui peuvent le tenter (oui, je sais, cela peut faire bizarre dit comme cela)

Laissé à son propre jugement, Elminster repart en pèlerinage à travers le monde. Il le redécouvre en mauvaise posture après ses longues années de sommeil. En effet, Myth Drannor est tombée, les elfes sont sur le déclin et les conflits sont latents. Au fur et à mesure de ses rencontres, Elminster va se retrouver régulièrement à prendre des décisions qui pourraient remettre en cause l'équilibre du monde.

D'où le thè:me de ce tome : Elminster va-t-il prendre les bonnes décisions sans les conseils de sa déesse ? En bref, que va donner le jugement d'Elminster sans l'influence bénéfique de sa déesse ? Elminster est-il bon ou mauvais ?


Une mise en garde contre la puissance ?

Et ce point est crucial car Elminster a des pouvoirs qui défient l'imagination. Et les regards se posent sur Elminster car lorsqu'on regarde le comportement des mages locaux, le bilan n'est pas vraiment brillant. En effet, les mages font entièrement confiance en leurs pouvoirs magiques, asservissant petit à petit la population, créant un déchaînement de forces ou amène à la destruction, à l'image de la chute de la cité de Myth Drannor.

Alors, la puissance est-elle bonne ou mauvaise ou dépend-elle des personnes qui l'utilisent? Doit-on systématiquement recourir à la magie en cas de problème ou doit-on envisager la magie comme d'un ultime recours ? C'est le débat qui est développé ici.

Rassurez vous, Elminster est toutefois un héros de littérature jeunesse. Aussi, malheureusement, on devine très régulièrement les choix qu'il va prendre. C'est ce manque d'imprévisibilité qui gâche un peu ce tome, comme un jeu vidéo à la difficulté trop vite résolue.





Tome 4 : La damnation d'Elminster



Présentation de l'éditeur : Le grand Elminster a encore sauvé le monde.
Mais cette fois, il y a laissé des plumes. Prisonnier des Abysses, incapable d'appeler au secours, il est tombé entre les griffes de Nergal, un démon ambitieux qui entend lui arracher les secrets de sa magie. Et s'il s'entête à résister, lui dit son nouveau maître, une éternité de souffrance mentale et physique saura bien éroder sa volonté. Trop rusé pour s'opposer de front à un prince des enfers, Elminster lâche judicieusement du lest.
D'authentiques confessions en faux souvenirs, il entraîne Nergal dans un jeu complexe et cruel dont le vainqueur, au bout du chemin, sera le plus malin des deux adversaires. Le seul ennui, c'est que le démon se révèle bien plus futé que prévu !






Un tome qui n'apporte vraiment rien.

Nous avons eu la jeunesse d'Elminster. Puis son accession à la sagesse. Ensuite, la mise à l'épreuve face à l'immensité de son pouvoir. Maintenant que sa Foi a été éprouvée et qu'Elminster a (encore) sauvé le monde, il était temps qu'il souffrît de sa loyauté et de son amour pour la gentille déesse Mystra. L'auteur nous a donc sorti un démon - Nergal - qui kidnappe Elminster pour le torturer afin qu'il délivre le secret d'une grande magie.

Nous voici donc partis pour un tome où notre héros va souffrir mille maux. Mais il ne lâchera pas le morceau car la survie du monde est en jeu. Qui plus est, alors que la douleur est insoutenable, il va chercher un moyen de rouler le démon, survivre et lance quelques petites réparties humoristiques.

Vous pensiez peut être qu'il n'y arriverait pas ? Aviez vous lu les trois premiers tomes ? Vous êtes sûrs ?


Une structure narrative qui ne donne pas de surprise non plus.

Ah non mais quand je vous dis que je me suis ennuyée de la première à la dernière phrase... C'est qu'Ed Greenwood utilise le même schéma narratif que les trois premiers tomes. Vous n'avez là aucune surprise ! Tout d'abord, vous commencez le livre avec aucun lien avec le précédent. Après ma vérification habituelle pour être sûre de ne pas avoir sélectionné le mauvais tome, j'y retourne en me disant que l'auteur aura peut être la gentillesse de nous faire le lien en cours de récit (vers le quart, je vous rassure de sutie.)

Ensuite, l'auteur nous met Elminster dans une situation impossible que même nous, on serait mort depuis longtemps. Et là s'instaure un dialogue entre le méchant du moment et notre mage, agrémenté de quelques moments de torture 'qui ne sont pas convaincants, je vous rassure), d'une réflexion caustique d'Elminster et d'un souvenir (vrai ou faux) pour tromper l'ennemi. Mais Nergal est malin du coup, on refait le match jusqu'à ce que cela marche.

Tout ça pour vous dire que le tome 5 sur la fille d'Elminster ne sera pas présent ici. Je craque et je clore la saga de mon côté ici. Adieu Elminster, tu m'auras toutefois bien passé le temps. C'est déjà cela.
 


2 commentaires:

  1. Le début ressemble beaucoup à d'autres romans : un enfant seul dont la famille a été tuée (presque) sous ses yeux et qui doit partir à l'aventure.... heureusement les dieux sont là pour veiller sur lui et il est méga fortiche en magie (et en plus, celui-ci a du MirLaine !!!).
    Pas sûre de le lire un jour, surtout que tu nous dit que l'univers est quand même très jeunesse..... Je verrais bien si l'occasion se présente ! Mais au vu de la PAL qui m'attends, j'ai des doutes !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te confirme, les tomes passant. Cela s'améliore un chouilla. Mais cela reste jeunesse.

      Supprimer