samedi 27 juillet 2013

Malo au royaume des ombres de Maxence Fermine



Tome 1 : La petite marchande de rêves





Présentation de l'éditeur : Le jour de ses onze ans, Malo tombe dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux, il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune de diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants: Arthur, l’arbre qui ne cesse d’éternuer; Mercator, le chat si bavard vieux de deux cent treize ans; Lili, la petite marchande de rêves au regard d’or qui capture les songes… Sans compter les spectres inquiétants et un dangereux alchimiste qui lui jette un terrible sort. Pour briser le maléfice, Malo a un énorme défi à relever. Et une nuit…







Une fable initiatique pour enfants

C'est comme cela que je l'ai pris, et en fin de compte, c'est comme cela qu'il fallait le prendre pour passer un bon moment. On a un petit garçon qui a des parents qui ne font pas du tout attention à lui. Ainsi, ils l'envoie fêter son anniversaire dans une espèce de bar pour enfants, seul, dans un taxi. Et moi, là, j'appelle déjà les associations pour enfants. Heureusement, dans la vie des livres, ce n'est pas pareil. Alors Malo compense par un comportement très intraverti, mais aussi par une grande imagination.

La voiture a un accident et pendant ce que l'on pourrait appeler un coma, il passe dans le royaume des ombres où il devra passer des épreuves avant de repasser dans le monde des vivants où de toutes manières, ses parents ne feront pas attention à lui.


Vous me pensez cynique, n'est ce pas ?

Non mais ne vous inquiétez pas, ces shémas classiques et moi, c'est deux je t'aime un jour et je te déteste. Dans l'ensemble, le style de l'auteur est particulièrement soigné pour adapter la lecture à tout le monde. Et le petit plus est sans conteste les petites illustrations et cette espèce de cocon romantique en noire t blanc que nous offre Maxence Fermine.

Maintenant, donnez ce petit conte fantastique a un de vos préado, je suis persuadée qu'il se régalera. Car ne vous trompez pas sur mon ton râleur, j'ai passé les trois quart de ma lecture à sourire niaisement. ;) En effet, la morale de ce conte est la plus importante : les couleurs de notre vie viennent de nos rêves et ce sont eux qui égaient notre vie, même lorsque tout va mal.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire