samedi 27 juillet 2013

Les Eveilleurs de Pauline Alphen



Tome 1  : Salicande





Présentation de l'éditeur : Claris a 12 ans et vit avec son père, Eben, et son frère jumeau, Jad, dans une vallée reculée et protégée par des montagnes d’accès difficile. Malgré la disparition précoce de leur mère et la mélancolie de leur père, malgré le handicap de son jumeau, Claris est une jeune fille enjouée, téméraire, qui rêve d’aventures. Des aventures comme celles qu’elle lit dans les livres de la tour interdite où s’est réfugié son père depuis la disparition de sa femme, des aventures comme celle que lui lisait sa mère, des aventures comme celles que son jumeau, handicapé, ne peut pas vivre. Mais Claris est persuadée que les aventures n’arrivent jamais aux filles. L’avenir va lui montrer qu’elle ne peut pas se tromper davantage...





Chapeau, l'auteure

Il est extrêmement rare que je salue la plume d'un auteur jeunesse. Et j'avoue que j'ai regardé plusieurs fois la maison d'édition et la classification Livraddict pour me persuader que je lisais de la jeunesse. Ce monde des Eveilleurs est tout simplement envoûtant. Imaginez un monde un peu médiéval, parfois un peu magique, allez savoir, où les héros de vos livres préférés sont des légendes. J'ai tout simplement adoré ce principe. Et j'ai tellement adhéré à ce concept qu'en fait, cela m'a fait réflechir à énormément de choses, à comment on percevra notre présent dans les générations futures, comment nos livres, nos sagas, nos blogs (allez savoir) seront perçus plus tard. Qu'est ce que nous laisserons en fin de compte ?

Et que laisserons nous pour ces générations? Pour Pauline, nous ne laisserons rien de notre civilisations à part bien sûr nos légendes. La nature a repris ses droits, la technologie a reculé, la ruralisation se poursuit. Les hommes ont tellement manipulé la nature qu'elle serait méconnaissable à l'heure qu'il est.


Un environnement  social mitigé

En effet, bien entendu que l'on critique notre société consumériste du moment. Et bien entendu que l'auteure a raison. Mais Pauline Alphen a le génie de reconnaître que les régimes futurs ne sont peut être pas meilleurs non plus, vu que l'on aboutit à une période d'obsurantisme, à une période où des amis se brouilleront toujours pour des idéaux politiques et surtout où les hommes ne changeront peut être jamais sans garde fou. Nous sommes tous stupides, profondément, si on nous laisse sans rênes et sans guide.

Mais quelle est la solution ? Une prophétie, quelque chose? L'auteure ne nous répond pas du tout, il faudra sûrement poursuivre la saga pour cela. En tous cas, j'ai marché, je me suis évadée et surtout j'ai adoré. C'est un vrai coup de coeur, surtout quand on sait depuis combien de temps je voulais le lire celui-là.


Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire