mercredi 31 juillet 2013

Hannibal Lecter de Thomas Harris


Tome 1 : Dragon rouge





Présentation de l'éditeur : À un mois d'intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l'une à Birmingham, l'autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé "le Dragon rouge". Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d'un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur. Il constate qu'il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage. Dans ce premier roman, Harris met en place les protagonistes que l'on retrouve dans Le Silence des agneaux, puis dans Hannibal.


Thomas Harris m'a remué les tripes !

J'ai déjà vu Dragon Rouge en film, il y a quelques temps de cela. Si vous trouviez que le film était déjà costaud, ne lisez pas ce livre ! Sérieusement, l'auteur a le don de vous décrire des horreurs, de vous décrire l'esprit tortueux des psychopathes, ce qui fait que vous frissonnez non stop pendant 400 pages environs ! Et ma lecture s'est retrouvé ralentie car je vous le dis tout net, j'avais la peur du cauchemar.

Qu'avons nous là ? Will Graham qui a été mutilé suite à sa rencontre avec Hannibal  Lecter. Il craque et tue un autre monstre. Depuis, Will Graham arrive à comprendre les psychopathes, les déviants, les pires criminels. Et une question le taraude : les comprend-il parce que c'est un bon enquêteur ou les comprend-il parce qu'il est un monstre comme eux. Ou devenu un monstre comme eux.... C'est extrêmement perturbant car nous avons l'impression de nous retrouver avec un monstre apprivoisé, et on se demande constamment si on peut faire confiance au jugement de cet enquêteur. Et vous le verrez, vous ne serez pas le seul à penser cela.

Hannibal Lecter, mais quel personnage !

Hannibal Lecter ne fait que de brèves apparitions dans le roman. Car le monstre est un autre homme (et vous le verrez, il est sérieusement perturbé....). La principale originalité ici, outre le fait que le meurtrier aime mordre ses victimes, c'est que pour attraper un monstre insaisissable, on appelle un monstre très intelligent (un génie, il faut le dire) grâce à un monstre apprivoisé. Et là, je m'arrête deux secondes pour dire : "KWAAAAAAAA?"

Alors, je vous laisse avec cette question mes chères copinautes, pour être un bon enquêteur, doit on être droit et honnête ou est on un monstre qui en fin de compte a choisi de s'intégrer? Et je pense que c'est ce que Thomas Harris essaie de nous dire et tout ceci dans un style magistral.

En bref, j'ai adoré cette lecture, même si ce n'est pas un coup de cœur. Et ceci uniquement à cause des personnages. Il n'y a pas assez de Lecter là dedans (je suis une vraie groupie). A voir ainsi avec les autres romans, bien entendu.


Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013 organisé par Yukie


Tome 2 : Le silence des agneaux




Présentation de l'éditeur : Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu'il enlève la fille d'un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starling, encore élève stagiaire, l'inquiétante mission d'interroger le Dr Hannibal Lecter, emprisonné à vie pour meurtres et cannibalisme. L'ancien psychiatre, grâce à ses connaissances sur la psychologie des déviants criminels, reste la seule personne à pouvoir mettre le FBI sur la piste du tueur. Lecter accepte de communiquer avec Clarice mais à la condition qu'elle dévoile ses peurs, ses souvenirs d'enfance. En échange, il va peut-être l'aider à retrouver le tueur...








Une belle plongée dans l'horreur de la psyché humaine

Dans le tome précédent, nous avions un homme qui aimait mordre ses victimes, avec un dentier car il avait un bec de livre. Comme déviance sexuelle, qui avait un fort attrait avec le complexe d'Oedipe que faisait le tueur sur sa tante, je trouvais cela pas mal, histoire d'y aller mollo. Voyez ? L'auteur, cette fois-ci, a décidé de nous faire rencontrer un homme qui tue et qui découpe des bouts de peau de ses victimes pour s'en faire un habit. Et il leur dépose une chrysalide de papillons dans la gorge. J'espère que personne n'a mangé, d'ailleurs, avant d'aller lire cette chronique parce que je trouve qu'on passe un cap. Et le pire, c'est que Thomas Harris reste enfin de compte très pudique avec ses descriptions, ce qui nous fait sous entendre clairement que c'est notre propre imagination qui nous révulse.

Forcément, pris dans ce sens-là ... Plus sérieusement, l'auteur a cet art inégalé de nous laisser assez extérieur aux horreurs pour nous focaliser sur ce que pensent toutes les personnes ayant attrait à l'histoire. Ainsi, vous savez ce que peuvent ressentir les enquêteurs, les meurtriers (j'inclue le Docteur Lecter d'office), les psychologues et les parents de la victime. Vous verrez ceux qui auront des intérêts dans l'affaire, les jalousies dans l'équipe, les différents facteurs externes aussi. C'est avec tous ces ingrédients que nous plongeons dans l'univers horrifiant des meurtriers à défiance sexuelle.


Au milieu de ces horreurs, le couple Lecter-Starling.

Oui, je vous ai dit qu'on pénétrait dans beaucoup de têtes dans ce livre... Sauf bien entendu Clarice Starling et Hannibal Lecter. On sent notre docteur séduit par la jeune agente et on ne peut s'empêcher de se demander s'il ne va pas la manger toute crue ! Clarice Starling apporte au docteur Lecter un oeil frais et direct, voire innocent.

On l'oublie souvent, mais le Docteur Lecter baigne dans l'horreur et les démences et pas uniquement parce qu'il est un pur psychopathe, mais uniquement parce qu'on le replonge dans cet univers à chaque fois. Et on le remarque dès leur première rencontre où Clarice lui demande pourquoi il a servi un bout de viande humain à un dîner. Celui-ci lui répond qu'il n'avait rien d'autre dans son frigo à ce moment-là. C'est à cet instant que la jeune femme se rend compte qu'Hannibal Lecter a un code de morale totalement différent de la norme, qu'il a une culture incroyable et que c'est un prédateur.

Envers Starling, le Docteur aura de la bienveillance, du respect, de la volonté de la faire évoluer. Envers Lecter, Clarice aura aussi du respect, de la crainte et une forme de confiance. Vous aurez là la relation entre le loup et l'agneau.

En bref : Encore un tome coup de coeur, encore un pincement pour Hannibal Lecter (une vraie midinette). On se demande jusqu'où ils vont aller


Ce livre a été lu dans le cadre du Baby Challenge Thriller 2013


Mais aussi dans le cadre du Challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie

2 commentaires:

  1. J'ai les 2 dans ma PAL mais tes chroniques me font un peu peur de les sortir...^^

    RépondreSupprimer