mercredi 22 mai 2013

Raison et Sentiments de Jane Austen






Présentation de l'éditeur : Raison et sentiments sont joués par deux soeurs, Elinor et Marianne Dashwood. Elinor représente la raison, Marianne le sentiment. La raison a raison de l'imprudence du sentiment, que la trahison du beau et lâche Willoughby, dernier séducteur du XVIIIè siècle, rendra raisonnable à la fin. Mais que Marianne est belle quand elle tombe dans les collines, un jour de pluie et de vent.










Quand il fait froid et pluvieux et que la seule envie que l'on ait est de rester dans son canapé.

C'est dans ces moments là qu'on se dit qu'il faut à tout prix sortir un bon classique et surtout, cela fait déjà quelques mois que j'ai envie de relire Raison et Sentiments. Pourtant, je dois connaître les téléfilms par cœur maintenant donc pareil pour l'histoire. Mais que vous dire ? Je pense qu'à force, c'est le style de l'auteur qui nous manque. Jane Austen, on l'aime ou on ne l'aime pas, mais quand on aime, on est régulièrement amenés à relire les livres. Et pour achever d'enlever toutes mes résolutions, je ne l'avais pas encore chroniqué celui-là !

Ainsi donc, il faisait froid, il faisait pluie, et j'avais la possibilité de rester en boule dans le canapé pour la journée. Ni une ni deux, je replonge dans l'univers de l'Angleterre du XVIIIe siècle, avec Elinor, alias la raison et Marianne, alias les sentiments. La plume de Jane Austen opère toujours dans le sens où l'histoire est plutôt simple : à même situation (une déception amoureuse) elle va opposer deux comportements très différents et nous décrire comment ces deux personnes vont réagir mais aussi comment les autres personnages vont réagir face aux réactions des deux sœurs.... Vous me suivez ? Lisez moi tout cela et vous suivrez, croyez moi.



Le duo gagnant : Elinor et Marianne

En effet, le but de ce roman, ce n'est pas de voir qui d'Elinor ou de Marianne va "gagner", les deux ont un comportement qui correspond bien à leur adjectif. En effet, Elinor, qui incarne la Raison, n'exprime pas ses sentiments. Ce n'est pas pour autant qu'elle n'en ait pas, comme le suppose le monde entier, c'est juste qu'elle est très introverti. C'est une jeune femme qui observe les autres et c'est à travers ses yeux qu'on va observer la société anglaise qui se déroule sous nos yeux. Quant à Marianne, qui incarne les Sentiments, elle est très extravertie. Aussi va-t-elle monopoliser toutes les réactions possibles et inimaginables.

J'avoue, comme je suis assez proche d'Elinor dans l'expression de mes sentiments, je me suis plus rapprochée d'elle. J'ai ressenti ses douleurs comme des coups de poignards et j'ai souhaité secouer Marianne pour lui hurler de ne pas se montrer en spectacle. Mais j'ai vite compris qu'Elinor sans Marianne et vice versa aurait vite rendu le roman totalement insipide. L'alliance des deux a permis d'avoir un très bon rythme dans la narration.



Un monde Austinien toujours aussi adorable

Oui, je n'ai pas l'air comme cela, mais j'adore les cancans, j'adore voir comment les gens réagissent. Comment ils peuvent être durs et ignorants face à ceux qui n'expriment pas leurs sentiments et comment ils peuvent être totalement hypocrites parfois quand ils tombent sur quelqu'un qui est extraverti. Jane Austen nous lance des miettes de pain, et c'est un régal de voir qu'à chaque fois qu'elle ajoute un ingrédient, elle arrive à vous changer tout son petit monde.

Je me demande depuis des années combien de temps elle a dû passer à observer la société pour nous offrir ces petits bijoux qui nous animent encore. Car soyons honnêtes, depuis ces quelques siècles, rien n'a vraiment changé, les gens sont tout à fait identiques dans leurs réactions. Et c'est là que nous touchons le talent de l'auteure. Par ses romans simples, sans prises de tête, sans chichis, elle nous offre la vérité sur ces deux traits de caractères et sur la société.


Ce livre a été lu dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukie

4 commentaires: