mardi 2 avril 2013

Les Haut Conteurs d'Olivier Peru et Patrick McSpare

Tome 1 : La voix des rois




Présentation de l'éditeur : 1190, Tewkesburry, royaume d'Angleterre. A treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d'aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l'auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l'ennui, semble bien décidé à lui gâcher son existence. La venue d'un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d'histoires et d'énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s'y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s'enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit... mais un matin, il ne revient pas. L'histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C'est ce que va tâcher de découvrir Roland... et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ?





Enfin de la bonne fantasy jeunesse !

Merci ! Cela faisait depuis Lenia Major où je me disais qu'on prenait nos adolescents pour des cruches uniquement amateurs de triangles amoureux ou voulant une intrigue qui se devine 50 pages à l'avance. Scrinéo fait décidement pour moi un doublet gagnant pour un superbe week end avec une fantasy adulte très prenant (Le Puits des Mémoires) et un fantasy jeunesse vraiment  intéressante, et aussi pour les adultes.

Car en effet, le héros, Roland, n'est pas parfait. C'est un fils d'aubergiste qui rêve d'aventures, de dépasser sa condition. Il regarde toujours au loin. Or, un jour, il rencontre un Haut Conteur et là début son aventure. L'intrigue de la voix des rois est vraiment bien ficelé car j'ai été balladée tout le long du livre, sans pour autant me creuser réellement les ménages. Il y a de l'action, la description du métier de Haut Conteur, et ici, un nouveau bestiaire fantastique : pour le premier tome, nous avons les goules et les upyrs !



Un environnement travaillé et fouillé

Comme je vous le disais un peu plus haut. C'est de la jeunesse, mais c'est aussi une aventure très fouillé. Vous avez là un environnement style Moyen Age, avec une fonction de Haut conteur qui est intéressante. En effet, c'est notre équivalent de Troubadour. Sauf qu'ici, le Troubadour ne fait pas que de raconter des aventures, mais il les vit ! Et pour cela, il utilise un peu de magie : La Voix des rois. C'est une espèce d'enchantement qui permet à la personne d'ensorceler avec la voix. Tout au long de ce tome, nous suivrons Roland qui vit sa première grande aventure, même si elle n'est pas encore racontée à un large public.

Il a une formatrice : Mathilde la Patiente. Et je dois dire que j'aime beaucoup cette femme. Elle n'est pas l'image du maître qui a réponse à tout ou qui se fait supérieure aux autres. C'est une femme très accessible, même si elle est d'un niveau supérieur. Elle aime imiter les accents des péquenots du coin, ce qui donne des scènes hilarantes en plein action. Et enfin, elle aime titiller Roland pour lui obliger d'avoir une personnalité propre et non l'image qu'il veut donner.  Mathilde est impétueuse, mais elle met du temps avant de se faire un avis, d'où son surnom.

Dedans, nous avons donc Roland qui débarque dans ce monde et qui entame une formation un peu accélérée. Ce qui ne lui empêche pas d'avoir ses problèmes. Nous le suivrons donc dans cet environnement un peu bizarre au milieu d'intrigues et d'énigmes toutes les plus tordues qui soient. Et la sauce prend. Et j'ai envie du tome 2 :)


Ce livre a été lu dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukie




Mais aussi pour le challenge Livra deux pour Pal Addict éditions Février, Mars, Avril



Tome 2 : Le roi vampire


Présentation de l'éditeur : Paris, hiver 1190.
Débarqués au coeur de la plus grande ville du Monde connu, le jeune Roland, Mathilde, Ruppert et Salim poursuivent un double but: retrouver William le Ténébreux, l'ami disparu, et découvrir les secrets de Vlad, le maître vampire. Ce démon est-il réellement mort dans les forêts anglaises, ou attend-il son heure pour frapper encore ? Pire encore, un traître se cache-t-il parmi les quatre aventuriers, comme tout semble l'indiquer ? Happés par le tumulte populaire de la Fête des Fous, Roland et ses compagnons vont croiser nombre d'individus pittoresques.
Cérémonies noires, complot royal, créatures infernales, prophéties du Livre des Peurs, tous les ingrédients d'un mélange fatal sont réunis pour sceller le sort de nos héros. Pourtant, ils sont des Haut-Conteurs et ne reculeront pas, jusqu'à vaincre ou périr. Roland « Coeur de Lion » en tête. Le Mal rôde, la mort avance masquée. C'est la fête des ombres, c'est la fête des fous !









Un tome qui légitimisera Roland au sein des Haut Conteur.

Le début de ce tome est parlant. Roland doit raconter sa première histoire. Et on se demande si sa formation a été complète ou pas, s'il a vraiment sa place dans ce groupe. Mais voilà, il se passe quelque chose et le pauvre apprenti va devoir partir en vadrouille avec Mathilde pour enquêter à Paris sur un Roi Vampire (d'où le titre). Certaines conteurs rencontrés pendant ce voyage vont donc se demander ce qu'il fait là, quels sont ses talents, voire parfois un peu le titiller.

Ce que j'aime chez ce garçon, c'est qu'il ne se démonte pas. Il répond et chacun des membres rencontrés va ainsi se rendre compte que sa place véritable est bien ici. Chez les Hauts Conteurs. Roland montre ses talents, malgré sa quasi absence de formation. Mais ne nous inquiétons pas car Mathilde le prend sous son aile, même si je dois avouer que parfois, avec son art de la cachotterie, elle est un peu flippante et je me demande pourquoi elle a toujours cette tendance dans son comportement.

Cela nous permet aussi de rencontrer d'autres personnages qui, je le sens, prendront de l'importance au fur et à mesure de la saga. Pourtant, nous ne sommes plus dans un tome d'introduction, loin de là. C'est un tome d'action et il y a rarement des points morts où l'on peut se poser.


Un tome résolument sombre.

Vous allez me dire que si on parle de vampires, forcément, ce sera sombre. Mais c'est aussi accentué par le côté un peu anarchique de la Fête des fous qui se déroule au moment de leur enquête sur Paris. Ainsi, on a plutôt l'impression d'assister à un mauvais rêve, comme ceux où la foule, même sous ses allures joyeuses, devient menaçante et oppressante.

Il y a aussi le fait que le Roi Vampire semble avoir des traitres dans la confrérie des Haut Conteurs. Aussi, on ne sait pas vraiment à qui se fier dans ce tome. Et c'est toute cette ambiance qui crée un véritable succès. 




Tome 3 : Coeurs de Lune


Présentation de l'éditeur : Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, en laissant de nombreux cadavres derrière lui. Quarante années plus tard, l'on murmure encore que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l'âme perdue de son bourreau. Happés par un tourbillon de folie et de sang, dans la chaleur torride de l'été germanique, les Haut-Conteurs, Roland Cœur-de-Lion et Mathilde la Patiente, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Qui est cette Bête Dévoreuse, hurlant à la Lune et coupable de tant d'atrocités ? Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques... Sous l'œil glacé de la pleine Lune, les évènements pourraient bien s'avérer fatals à nos héros… À Cœur de Lune, Cœur de Lion








Un tome résolument plus mature que les deux premiers.

Non pas que les deux premiers étaient enfantins. Mais non seulement on sent que les auteurs ont envie de nous faire évoluer mais en plus, on sent qu'ils prennent de l'assurance et qu'ils ont un réel plaisir à nous faire découvrir l'entièreté de l'univers du récit. Ainsi, nous voyageons sur Ravengen, et nous quittons les vampires pour aller voir une légende située entre la Bête du Gévaudant et le loup garou.

Tout l'enjeu du livre est bien entendu de savoir qui est ce loup, pourquoi le seigneur en place ne fait rien, ni les villageois d'ailleurs. Pourquoi on en parle dans le livre des Ombres, pourquoi cela concerne Roland. Qui va s'en sortir ? (la bêbête mange quand même des corps et enlève des jeunes filles, siouplait). Pareillement, qui est le spectre de la Dame de la Lune. Bref, comme vous le voyez, nous n'allons absolument pas chômer dans ce tome ci et je dois avouer qu'il a très très peu de temps morts. La lecture défile à toute allure et on ne sait pas très bien quand on peut s'arrêter.


Des personnages aussi qui prennent de la prestance.

Bien entendu, Roland, puisqu'on parle beaucoup de lui. Il est toujours amoureux de sa belle italienne et je dois dire que cela le rend plus que téméraire face au danger. Au point qu'on aimerait tout de même qu'il se calme. Mais il ne va pas non plus dans la mêlée sans réfléchir puisqu'il met toutes ses neurones à disposition du groupe pour résoudre les énigmes. Quant à Mathilde, elle démontre encore une fois que son sang froid, sa patience et sa détermination lui font dépasser ses limites.  Pour moi, c'est l'héroïne dont les jeunes filles doivent s'inspirer en lisant ce livre.


Enfin, les personnages évoluent aussi au gré de l'intrigue. Le seul fait qu'ils ne soient pas statiques est reposant et rassurant. Car ils acquièrent leur propre expérience et ils se construisent au fur et à mesure du récit, ce qui n'est pas toujours évident.

En bref : un excellent troisième tome lu avec Melcouettes. J'ai hâte, vraiment, qu'on finisse cette saga car elle monte en crescendo. Le dernier tome doit être réellement fabuleux

2 commentaires:

  1. Tu verras le tome 2 est encore meilleur et plus complet. Faut vraiment que je me trouve un moment pour lire le 3 :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais déjà tester Druide d'Oliver Peru pour voir comment l'auteur se débrouille tout seul (enfin, j'ai déjà lu 5-6 pages et cela a l'air pas mal) Si je me débrouille bien, je le commence ce week end

      Supprimer