vendredi 1 mars 2013

La vie rachète la vie de Pierre Schmidt





Présentation de l'éditeur : Alix est une jeune fille de 16 ans. Elle habite Compiègne avec sa mère alcoolique dans une maison au bord de l Oise. Elle est enceinte d un enfant de son ami, Arthur. A l annonce de la grossesse de sa fille, la mère fait front, et l encourage à suivre son intuition profonde. Alix veut donner la vie à cet enfant pour aller de l avant et quitter la noirceur de son quotidien. Ce n est pas l avis du jeune père. Un vieux curé, le Père Martigue, accueille un peu las son jeune et nouveau vicaire, le Père François. Il est accablé et las. Sa paroisse est moribonde. Ses initiatives pastorales n ont pas empêché son église de se vider. Avec le temps, il a perdu le lien affectif qu il portait au Christ quand il était jeune prêtre. Sa vie lui paraît un sacrifice absurde et vain. Alix, sa mère et le prêtre : au même moment, ces trois personnages doivent engager un combat intérieur. Renoncer ou aller jusqu au bout de leur choix. Chacun doit livrer un combat spirituel violent. Autour d eux, l entourage s affole. Le passé terrible de la mère d Alix refait surface. L issue de ces trois combats et les conséquences des choix posés sur l entourage de chacun amènera son lot de surprises et de drames. Mais au bout, la vie triomphe. L analyse psychologique dépasse le stade de la psychologie pour se hisser jusqu à la spiritualité. Toutes les vies, même les plus tragiques ont un sens.




C'était sensé me faire réfléchir...

Non mais je ne dis pas. Les éléments étaient là : une histoire sociale. Deux tranches de vie apparemment sans lien qui se rencontrent. D'habitude je suis très bonne cliente. Mais là, la sauce n'a pas du tout pris ! Je suis totalement passée à côté de ce roman qui était sensé me poser et me faire réfléchir sur le sens de la vie. Mais je trouve que ces histoires manquaient cruellement de réalité. Et je trouve cela particulièrement dérangeant lorsque je vois la profession de l'auteur : Journaliste !

Alors oui, ce roman a été écrit avec le cœur. On le sent bien. La prose est élégante, nous avons des descriptions empreinte de mélancolie, de poésie, et rien que pour cela, cela offre des perspectives de lecture très agréable. Mais la forme, pour moi, offre un énorme décalage avec le contexte social de cette histoire. Du coup, je me suis totalement fermée, braquée, j'en suis devenue hargneuse car tout point à mon avis négatif prenait une proportion dantesque !


Un manque de réalisme profond qui m'a gâchée la réflexion

Je tenterai de ne pas vous spoiler sur cette histoire, mais déjà les dialogues.... Nous sommes en présence d'une famille défavorisée : une mère alcoolique, perdue dans la Somme, mère célibataire, et apparemment, tout ne roule pas sur l'or de leur côté. Et bien le dialogue entre mère et fille serait comparable à celui que l'on retrouverait dans les classiques (à part peut être un ou deux gros mots disséminés dans le livre, peut être histoire de faire moderne ?) On ne peut pas me demander de croire à cette histoire si les dialogues sonnent à mon sens faux ! J'y attache une grande importance, peut être trop. Mais pour moi, si je rencontre des incohérences comme ceci entre le milieu et l'écriture. Je ne peux pas, tout simplement.

Ensuite, il y a des situations qui me font tiquer. Les relations entre Alix et Arthur, les relations entre Alix et ses professeurs, les relations entre Alix et sa mère. Les visites d'Alix chez un médecin sont aussi cruellement manquants de vérité (à moins que dans la Somme et dans le Nord, ce n'est pas pareil, mais bon). C'est vraiment une version édulcorée de toutes ces relations. Et c'est dommage, vraiment. Autant, le sens de l'histoire, je me dis que c'est possible, et pourquoi pas, cela montre que la vie vaut la peine d'être vécue, même les petites vies. Mais autant la forme du récit me semble au moins maladroite.

Alors oui, je suis sûrement passé à côté de ce roman. Mais je n'y suis pas arrivée. Si vous avez besoin de réalisme, n'y allez pas. Si vous avez besoin de poésie et de sentiments. C'est peut être pour vous.  A voir comment l'écriture de l'auteur évoluera. Mais ce n'est peut être pas le genre de roman où je le lirai. Si toutefois il tente un autre genre, je le lirai volontiers.

Un grand merci aux éditions Salvator et à la Masse Critique de Babelio pour m'avoir fait découvrir ce roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire