mercredi 27 mars 2013

La Griffe de l'assassin de Heather Graham



Présentation de l'éditeur : Au cœur des Everglades, en Floride, la découverte d’un cadavre atrocement mutilé ravive de douloureux souvenirs pour l’inspecteur Jake Dilessio : cinq ans plus tôt, sa coéquipière avait trouvé la mort au cours d’une enquête portant sur des crimes similaires. Persuadé jusqu’alors de la culpabilité de Peter Bordon, le chef d’une secte locale, Jake se prend soudain à douter : est-il confronté à un copieur… ou a-t-il envoyé un innocent derrière les barreaux ? Au même moment, une jeune policière, Ashley Montague, s’intéresse au mystérieux accident de voiture qui a failli coûter la vie à l’un de ses amis journalistes. A ses yeux, il est impossible que la drogue soit à l’origine du drame, comme le prétend la police. Mais pour comprendre ce qui s’est passé, elle a besoin d’aide – une aide que seul un inspecteur chevronné comme Dilessio peut lui apporter… Jake et elle l’ignorent encore, mais l’un et l’autre viennent en réalité de s’attaquer à une même affaire. Une affaire aux ramifications bien plus étendues qu’ils ne l’imaginent, et qui pourrait valoir à Ashley de connaître le même sort que l’ancienne coéquipière de Jake…


Où, surprise par Hantise, je décide de décortiquer l'auteur

Je ne me souviens pas si vous vous souvenez bien, j'avais lu Hantise du même auteur, en oubliant de regarder la maison d'édition, et loupant ainsi l'encart "Editions Harlequin". Ce n'est pas grave, vous me direz, il faut sauter les préjugés. Et puis, la mention Thriller Fantastique associé à cette maison d'édition. Avouez qu'il faut fouiller ! Le résultat fut très drôle (surtout l'attaque du regard de velours du cafard)(il faut lire pour comprendre cette vanne foireuse)(ou me suivre très tard le soir sur Twitter).

Bref, je me suis dit que devant un tel schéma narratif, devant une telle intrigue *tousse*, il fallait que je vois si cela se reproduisait dans le même style, le même auteur, la même maison d'édition.... Et je ne fus pas déçue ! Nan ! La première moitié du livre, on a une intrigue, en effet. Ici, des meurtres qui se commettent à nouveau alors que le coupable est sensé être en prison. Du coup, on se demande si c'est vraiment lui ou si c'est un copieur. Sommes toutes assez classique. Puis, les deux héros se tamponnent en se reversant du café dessus (oui bon c'est Harlequin, faut bien qu'il y'ait une histoire de cou*** d'amour quoi). Et ils se détestent du premier regard et ils se jettent des regards. Donc bon. Comme je vous disais. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, voire même largement mais on a de quoi faire. Pour un jour à la plage où il ne faut pas beaucoup réfléchir (et pourquoi je l'ai pris pour le midi au boulot moi....)


Mes attentes ont été largement récompensées

En effet, arrivé à la moitié du livre, on a une description des yeux de la fille qui passent de vert citron à vert émeraude. Et ce fut comme pour le premier livre. On m'a perdue ! Surtout que la jeune fille a bien signalé que sa douche était étroite (c'est vrai que c'est quelque chose qu'il faut préciser dans un appartement, l'étroitesse de la jeune fille *Tousse* douche)

Quant aux dialogues, ils sont d'un réalisme à toute épreuve, les réactions sont d'une maturité totalement impressionnante, digne d'une dispute de récréation au collège. Quant au meurtrier de la fin. C'est peut être le seul point positif (en dehors de mes fous rire), c'est qu'il est tellement improbable, genre je me réveille un matin et je me dis que je suis le meurtrier, qu'on s'étonne à chaque fois.


En bref, vous l'avez deviné, un livre à n'ouvrir que dans un esprit sarcastique, ou si vous êtes comme moi, complètement maso à vouloir trouver des schémas dans des romans. Je pense qu'il faut aimer la collection Harlequin pour apprécier cette intrigue à sa juste valeur.



Ce livre a été lu dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisée par Yukie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire