mercredi 6 février 2013

Syndrôme E de Frank Thilliez



Présentation de l'éditeur : Une affaire étrange bouleverse l'été de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille où elle vit avec ses jumelles. Un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage acheté au fils d'un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, mais surtout, un film à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique. Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l'OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d'une schizophrénie tenace. Il cède à l'appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l'avis d'Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d'hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé. Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l'informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l'histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer… Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d'une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire…





Ou comment j'ai été complètement baladée pendant 400 pages

C'est comme cela que l'on reconnaît un bon thriller, vous allez me dire... Et vous savez quoi? J'ai adoré. Et j'ai joué le jeu jusqu'au bout car je n'avais pas lu la quatrième de couverture avant (quoi qu'en fin de compte, elle ne m'aurait pas tant aidé que cela). J'ai ainsi donc marché en territoire conquis car j'ai très longtemps habité Lille même, en tentant de m'imaginer cette fliquette se promener ses jours de repos, allez savoir, nous nous serons croisées. Cela m'a donné une impression encore plus réaliste du roman. Car les descriptions étaient pour la plupart dans un environnement connu, familier.

Mais parlons un peu de l'intrigue... Nous avons un film qui peut provoquer des lésions au point de rendre aveugle. Cela me rappelle beaucoup de films d'horreur ça. Donc forcément, j'ai accroché. De ce film, on va se retrouver en Egypte et au Canada. En parallèle, une série de meurtres tous plus mystérieux que les autres. Et là je me suis dit : "Il est où le lien ?" Et bien vous le saurez à la fin ! (je vous ai eus et Frank Thillez aussi !) Evidemment, aux cent dernières pages, je me suis dit que telle ou telle personne allait être le meurtrier (forcément, ce n'est pas mon premier thriller non plus). Et bien non plus ! En conclusion, pour tout ce qui concerne l'enquête, je me suis fait eue comme je le dis souvent. Et j'aime beaucoup




Un style franc et direct pour une intrigue complexe

C'est ce subtil dosage que j'ai aimé ici. Vous n'aurez pas de sempiternelles descriptions de lieux ou de meurtres. Vous aurez des données franches, concises, juste ce qu'il faut. Les chapitres sont courts. Car au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, c'est un roman d'action, une enquête qui démarre au quart de tour et il faut savoir trouver le méchant. Et surtout, l'intrigue est juste énorme ! Elle ne se finit d'ailleurs pas du tout ici, je vous conseille de lire Gataca, sa suite directe.

Et ce style correspond bien aux personnages. Nous avons Lucie, la fliquette mère de famille, qui élève ses deux jumelles seule. Elle fait des rencontres d'hommes mais n'arrive pas à se fixer car elle est bouffée par son métier, ou commence à l'être. Elle en a déjà vu pas mal et se demande un peu quelles sont ses priorités, sans non plus pouvoir se détacher du frisson de la traque. En face, nous avons Sharko, le flic qui lui en a vraiment trop vu, qu'il en a sacrifié sa famille et qui est schizophrène. Nous entrons dans ses réflexions torturées qui nous permettront peut être de comprendre mieux les enjeux de l'enquête. Pourtant, ce n'est pas du tout une partie de plaisir car il aimerait ne plus être un homme d'action. Ces deux là se trouvent de suite et trouvent un bon rythme de raisonnement. Les deux personnalités fortes sont très complémentaires, ce qui permet de ne pas avoir non plus une éternelle querelle entre deux collègues qui font perdre du temps.


En bref, j'ai adoré cette enquête qui m'a fait franchement peur parfois. Cela m'a fait beaucoup poser des questions sur nos perceptions et j'ai beaucoup aimé les personnages que j'ai très envie de retrouver. Mais pour cela, il y a Gataca. A bientôt Frank Thilliez


Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie


2 commentaires:

  1. J'adore Thilliez et comme toi, celui-ci ma transporté! Tu vas voir que Gataca est tout aussi fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je vais m'y attaquer la semaine prochaine.
      Il y a vraiment trop de tensions sur la fin de Syndrôme E. Je veux savoir la suite !

      Supprimer