lundi 4 février 2013

Le Premier sang de Sire Cédric







Présentation de l'éditeur : Les plus grandes terreurs naissent dans l’enfance et prennent racine au plus profond de nous. Qu’est-ce qui les fait resurgir ? Sommes-nous capables de les surmonter ? Par une nuit d’hiver glacée, deux flics de la criminelle, partis pour surveiller un parrain de la drogue en banlieue parisienne, mettent les pieds dans une étrange affaire. Leur principal suspect est mort brûlé vif dans son appartement et les méthodes employées ne ressemblent pas à un règlement de compte. Eva Svärta, la policière albinos, dominée par le désir obsessionnel de retrouver le meurtrier de sa mère et de sa sœur jumelle, pressent un danger imminent. Et si les fantômes du passé se mettaient à reprendre vie ? Hallucination ou réalité ? À travers ce nouveau roman étonnant de maturité, Sire Cédric ramène son héroïne aux origines du mal qui l’empoisonne. Le vertige qui la submerge progresse tout au long de l’intrigue, impitoyablement, terriblement. Vos nuits n’ont pas fini de vous surprendre.






Un jour, j'arriverai à lire dans l'ordre

Non mais franchement, je ne suis pas possible ! Je vous résume un peu ma vie du week end. Fatiguée, pas de télévision, je venais de sortir de grosses lectures et j'avais envie de Thriller et de SF. On m'a beaucoup dit cette année que je n'avais pas essayé Sire Cédric, que je n'étais pas du tout au courant des actus en France. Bref, j'avais raté ma life, il me fallait me vider la tête : j'ai essayé un Sire Cédric.

Voilà donc partie votre Koko sur sa liseuse en train de chercher dans les archives (car oui, ma première liseuse a été récupérée par mon chéri pour aller au travail, les deux se font touche touche pour les ebooks et donc j'en ai pris une autre) (je vous ai dit que j'allais raconter ma vie là ?). Ma patience étant à tolérance zéro le vendredi soir (pour le coup, ce sont mes enfants qui me l'ont appris) j'ai voulu regarder sur LA par lequel je devais commencer. Et devinez qui a eu envie de se faire la malle ce week end ????? Internet bien sûr ! (et que le soir chez moi. Donc oui, mon opérateur sort en boîte de nuit, apparemment, du coup, moi, vieille que je suis, je ne peux décemment pas regarder l'ordre de livres que je veux lire). Après avoir poussé des cris primaux dignes d'une séquence comiques juste pour trouver un bouquin, je décide de faire marcher ma tête (OMG) et je prends le Premier Sang, me disant bien que cela devait commencer par là (sauf qu'en fait, non). Du coup, qui a commencé par la seconde partie d'une enquête ce qui gâchera son instant fébrile lorsqu'elle lira la première partie ???? Bah c'est Koko évidemment (qui parle d'elle à la troisième personne, de mieux en mieux)




Après les hurlements primaires d'énervement, des frissons d'effroi

Alors, du coup, j'ai remercié le ciel, les nains, les elfes, les anges, les démons, tout ce qui peut intervenir dans ma vie, pour m'avoir fait galérer comme pas possible juste avant la lecture. Ce qui m'a permis de... Digérer et de préparer mon thé. Pourquoi??? Non mais vous avez déjà lu du Sire Cédric ? Non ? Bah moi non plus ! Et je ne savais pas à quel point il pouvait être descriptif dans une scène où des joues se déchirent.  (vous sentez le petit hockey caractéristique de ceux qui lisent de l'horreur juste après avoir manger).

Alors que dire du style de Sire Cédric ? J'ai adoré. Chaque début de chapitre commence par une petite phrase qui est ou une phrase du précédent chapitre ou une pensée de l'un des personnages principaux. J'ai adoré le principe car on a l'impression d'avoir des espèce d’échos... C'est très troublant parfois car cela donne une espèce d'urgence à la lecture. Cette coupure dans le rythme est juste ce qu'il faut pour se poser trente secondes et faire le point sur votre chapitre, vous disant que ce qui suit va être encore plus trépidant. Et cela souligne aussi l'importance de certaines phrases. Aussi, bel exercice de style pour cette présentation

Quant au récit. Nous avons une série de meurtres, tous plus mystérieux les uns que les autres. Et ceci sur plusieurs lieux différents : le sud et la région parisienne. On se demande pendant une bonne partie du roman quel est le lien entre les différentes victimes. Et sachez le, pendant toute une partie, vous vous demandez quel est le lien avec la première affaire (que je vais m'empresser de lire, De Fièvre et de sang pour ceux qui se demandent) et surtout qui est le meurtrier !  Sachez le, j'ai été induise en erreur plusieurs fois. Et je me suis demandée comment Sire Cédric allait m'amener la chose. Et bien : il m'a très bien baladée (vu que j'ai fini le roman dans la soirée et dans un état....) et avec un grand brio. Si je voulais me remettre aux thrillers, je ne pouvais pas mieux tomber. Je ne rêve que de cela maintenant !


Des personnages à la limite de la parodie du flic torturé. Mais tellement attachant.

En voyant les descriptions d'Eva et d'Alexandre, j'avoue que j'ai eu une petite frayeur : des flics ne pensant qu'au boulot, attirés l'un par l'autre mais ne voulant pas s'engager. Des terreurs d'enfant, des affaires non élucidées mais qui hantent toujours. Oui, on a l'impression d'une parodie de bon flic sauveur de monde. Et j'ai eu peur que trop de clichés tuent le personnage. Mais non ! Non j'ai accroché de suite aux deux héros, en les soutenant par la pensée comme je le pouvais, en pestant dessus quand il fallait les remuer.

Ils ne sont pas parfaits ces héros. Et ce sont leur faiblesse qui les rendent attachants. Car, à l'image de tout humain, ils font avec ce qu'ils ont. Ils ont peur, mais la dépassent pour mieux avancer. Et c'est aussi un peu ce qui ressort de ce roman. Les premières peurs d'Eva, l'horreur de ce qu'a été son traumatisme, la résolution de cette affaire-là (dont je connais à peine le début, mais je vais y remédier). Et surtout cette explication de l'horreur ambiante. Tous ces rituels de sang sont à vomir mais on s'en délecte page après page, tout cela à cause de l'auteur. Je n'avais pas eu de frissons pareils que depuis que j'ai lu certains Stephen King. Mais j'ai surmonté tout cela grâce au final mené avec Brio par Sire Cédric, avec cette phrase caractéristique de toute accro : "J'en veux encore plus !"



En bref : Incontestablement mon coup de cœur du genre de cette semaine. J'attends de voir ce que Frank Thilliez me dira. Mais Sire Cédric a mis la barre extrêmement haut !



Ce livre a été lu dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie


2 commentaires:

  1. Voila un auteur que je ne connais pas du tout et ta chronique me donne envie de le découvrir!

    RépondreSupprimer
  2. Je t'ai lu de travers! Je le commence ce soir! Je repasse t'en parler a la fin de ma lecture! Bisouilles

    RépondreSupprimer