jeudi 7 février 2013

Baguettes chinoises de Xinran





Présentation de l'éditeur : Les filles comptent tellement pour des prunes en Chine que certaines familles leur donnent des chiffres pour prénoms. Trois, Cinq et Six sont sœurs et décident de renverser leur bien triste sort en partant pour Nankin, mégalopole tentaculaire et moderne. Arriveront-elles à modifier la vision du monde de leur père ? Troisième roman de Xinran qui se place dans la filiation de Pearl Buck, et nous emporte dans une Chine surprenante grâce à une écriture empreinte de simplicité et de vivacité.














Ou comment voir le monde plus grand

Oui, c'est la première chose qui m'a frappée dans ce livre. Nous voyons déjà le monde au travers des yeux du village. Les filles sont des baguettes et n'ont aucune importance. A tel point que leur nom sont des chiffres. On ne sait pas pourquoi la mère a autant de filles mais on sait que tout est de sa faute. Car elle ne pond que des filles. Son père est déshonoré. Il est la honte du village. Et pour Trois, Cinq et Six, il n'y a aucune avenir. A part épouser un vieux croulant ou se suicider.

Ensuite, on passe du point de vue de la ville. Les trois filles y vont pour travailler, comme pour fuir, pour avoir un avenir. Là elles voient absolument tout en grand ! Et elles découvrent qu'elles ont des qualités. Qu'elles peuvent avoir un travail, être douées, recevoir des compliments, se faire des amis, aider et être le soutien de leur famille. Les frêles baguettes deviennent des poutres, comme le dit Xinran. Et par ce simple voyage en ville, elles deviennent plus grandes que leur famille à la campagne. Et petit à petit se feront écouter.

Mais au delà de la ville, il y'a les étrangers. Ceux qui trouvent bizarre la culture chinoise et qui se font voir bizarrement par les Chinois. C'est ce point de vue encore plus grand, celui que nous possédons parfois. Et les trois filles auront petit à petit la vision d'un monde plus grand, en voyant autre chose que leur culture. En poussant leur esprit au maximum.

Que de chemins parcourus ! Que de sentiments on peut éprouver, des sentiments contradictoires en plus. Ces trois filles sont grandies mais sont tout de même tellement petites. Arriveront elles à briser leur destinée jusqu'au bout ?


Un formidable bain dans la culture chinoise.

Ce livre est juste magnifique rien que pour cela car on reprend le point de vue de ces chinoises, leurs habitudes quotidiennes, leurs questions, leurs espoirs, leurs peurs, leurs échanges. Cela montre aussi à quel point la famille peut être importante pour elles, et comment elles feront le maximum pour les rendre fières.

On voit surtout le fossé entre la ville et la campagne, surtout pour un pays se remettant peu à peu du strict régime communiste. Mao n'est plus un immense dieu et les gens pourront se déplacer comme ils le souhaitent. Ils pourront se cultiver, et lire les livres qu'ils voudront. Comment cela pourrait impacter dans la vie des plus petites gens ? C'est ce que vous verrez dans les baguettes chinoises , mais point de vue féminin attention. Vous y verrez aussi, du coup, les bonnes questions sur les relations homme femme en Chine


En bref, un livre très agréable à lire et surtout un modèle de récit qui permet de se poser de bonnes questions mais sous un angle plus humain et plus léger. A lire si vous aimez voyager en baroudeur, car vous aurez l'impression d'être là bas.


Ce livre a été lu dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire