jeudi 17 janvier 2013

La Saga des sorcières d’Anne Rice




Tome 1 : le lien maléfique





Présentation de l’auteur : Sous le porche dune vieille demeure à l'abandon de La Nouvelle-Orléans, une femme frêle et muette se balance dans un rocking-chair : Deirdre Mayfair est devenue folle depuis qu'on lui a retiré, à la naissance, sa fille Rowan pour l'envoyer vivre à San Francisco. Et derrière la grille du jardin, un homme, Aaron Lighter, surveille inlassablement Deirdre, comme d'autres avant lui, pendant des siècles, ont secrètement surveillé la famille Mayfair. Car ils savent que, de génération en génération, les femmes du clan se transmettent leurs maléfiques pouvoirs et que la terrifiante et fabuleuse histoire de cette lignée de sorcières ne fait que commencer...







Ou comment Anne Rice a réussi à m’embarquer dans une autre saga

Comme la Chronique des vampires, j’avais dévoré il y’a plus d’une dizaine d’années la saga des sorcières d’Anne Rice. Et vu qu’il y’a de sublimes rééditions, je me suis dit que j’allais vous en faire profiter, bandes de petits veinards !  Alors bien évidemment, la saga des sorcières est l’une des sagas les plus abouties que j’ai pu lire, avec une mythologie qui est franchement hallucinante !

Ici, nous ne fréquentons pas les vampires de la Nouvelle Orléans, mais une très vieille famille de la Nouvelle Orléans. Et une famille de sorcières attention ! Cette saga a surtout permis de mettre en avant l’organisation inventée par Anne Rice : le Talamasca, car nous commençons dans ce tome à découvrir l’ampleur de leur connaissance. Alors, Spin off, pas Spin Off, je ne vous en dirai pas plus mais vous aurez des personnages communs, bien entendu. Je vous laisserai lire tous ces petits pavés pour le découvrir (moi, sadique ? Laissez moi y réfléchir)




La plume d’Anne Rice vous enfonce dans une histoire horrible absolue

C’est ce que j’aime chez cette auteure, je ne vous le cache pas. C’est que sous couvert d’une plume particulièrement élégante, un style recherché, cette femme peut vous dépeindre des horreurs qui vous tordra les boyaux et vous forcera à passer des nuits blanche à la lire (et à la chroniquer tant qu’à faire)

La famille Mayfair, c’est une grande famille qui s’étend sur des générations. Anne Rice doit beaucoup aimer les grandes familles et on a l’impression qu’elle aime se pencher sur leurs histoires. Ici, dans les légendes familiales, on va parler de fantômes, de sorcières mais aussi de trucs franchement horribles comme les meurtres, les pouvoirs surnaturels, l’inceste… Brrr, rien qu’en y pensant, j’en ai encore des frissons.

Que vous dire de plus, ce premier tome plante la légende de la famille Mayfair afin de vous plonger dans une intrigue plus que corsée, où vous vous demandez jusqu’où l’auteure peut nous mener. Cela nous fait peur, mais nous continuons à lire quand même. Je tiens toutefois à vous dire que certaines scènes sont particulièrement érotiques et gore en même temps. C’est pour un public très averti que c’est réservé. Mais si vous aimez ce genre de lectures, vous y trouverez grandement votre compte, à condition bien sûr que vous aimiez le style si particulier de l’auteure.



Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Pal Cold Winter 2012 organisé par Antonine




Mais aussi dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukie








Tome 2 : L’heure des sorcières




Présentation de l’éditeur : Des siècles durant, les sorcières de la famille Maqfair ont dû lutter pour survivre et fuir les persécutions. Aujourd'hui, elles vivent en paix à La Nouvelle-Orléans. Mais Lasher, l'esprit qui les hante depuis des générations, enrage de les voir peu à peu se détourner de la magie. Lorsque Rowan, la treizième sorcière, la puissante héritière des pouvoirs, est sur le point d'accoucher, Lasher sent que son heure est venue et rassemble tous ses pouvoirs pour s'incarner dans le nouveau-né. La nuit de Noël, Rowan donne naissance à un enfant prodigieux : en quelques heures, il acquiert sa taille adulte, parle et marche. La famille Mayfair pourra-t-elle faire face à cet esprit infantile, jaloux et diaboliquement intelligent qui rêve de devenir le plus grand sorcier de tous les temps ?







Après l’histoire de la famille Mayfair, l’histoire de Lasher

Et je viens de me rendre compte que cela rime. Dingue non ?

Mais soyons un peu plus sérieux aujourd’hui car nous sommes en présence ici d’une saga dite lourde. Non pas qu’elle va vous plomber votre lecture. Mais surtout car la mythologie est tellement complexe dedans que l’on devrait peut-être bien écrire un livre expliquant la saga… Ou presque. Il est des histoires totalement passionnantes qu’on aimerait que tout le monde connaisse, que le cinéma vous développe cela aussi. Quoique, à la réflexion, pour certaines scènes, il ne vaut mieux pas (brrrrrr). Oui, Anne Rice a écrit cette saga pour les grandes personnes, tant les références historiques, géographiques et sexuelles (oui il ne faut pas le nier, cela couche beaucoup chez les Mayfair), peut-être même médicales sont nombreuses. Ce petit bijou ne peut pas être mis sous n’importe quels yeux. Il faut faire attention. Cela me paraît totalement farfelu maintenant que tout le monde se met à la littérature érotique. Mais ce n’est pas de l’érotisme ici. C’est pire que cela, cela vous noue les tripes, les sangs, cela vous révulse mais vous ne pouvez pas faire autrement ici que de lire.

Bref, nous avons eu au premier tome toute l’histoire des Mayfair racontée par le Talamasca. Dans ce tome ci, après le départ de Rowan, la guérison de Mickaël et l’émergence de Mona, vous aurez une part de l’histoire des Mayfair par le récit de Julien, qui montre pourquoi il y’a eu toutes ces atrocités, et surtout comment il faut vaincre cet esprit. Et puis nous avons le récit de Lasher. On en saura beaucoup plus sur sa nature et comment le détruire. Et comme ce n’est pas un dyptique et bien une trilogie, je vous donne dans le mille, nous aurons un autre rebondissement au troisième tome (ah ah !)


Fantastique, historique, horreur ?

Anne Rice aime l’Histoire, et y mêler toute sa mythologie. On l’a vu avec la Chronique des vampires. Elle s’appuie sur une solide documentation qui vous fait douter un instant de la réalité ou pas de toute cette fiction. Vous y verrez ici quelques personnages historiques, mêlée à son incroyable univers. Et je me demande toujours jusqu’où elle pourrait aller.

Et pourtant, il y’a du gore là-dedans, de l’horreur, tout ceci mélangé à sa plume élégante, ce qui vous procure des frissons un peu partout. On se demande toujours si on va arriver jusqu’au bout de ses pages, jusqu’au bout de ses idées. Et l’on se surprend à finir le tome et à vouloir continuer le troisième.
 

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Pal Cold Winter 2012 organisé par Antonine


Mais aussi dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie





Tome 3 : Taltos




Présentation de l’éditeur : Qui est donc l'étrange M. Ash. géant calme et d'une infinie douceur, collectionneur de poupées anciennes et philanthrope ? A la tête d'un immense empire financier. est-il vraiment le seul survivant de l'espèce légendaire des Taltos ? II a toute raison de le croire. Mais bientôt il apprend par un mystérieux informateur que l'on a signalé l'un des siens en Ecosse, sur les lieux mêmes où, des siècles plus tôt, avant l'arrivée des Romains, il dirigeait son clan. Ses investigations le propulsent aussitôt dans l'univers de Rowan Mayfair et de sa famille de sorcières, tourmentée de toute éternité par fantômes et démons. Des femmes dotées de tempéraments de feu et de pouvoirs exceptionnels, qui ne sont pas sans lien avec l'héritage des Taltos...







Un point de vue d’un géant

Pour ceux qui connaissent un peu la saga des sorcières, Taltos est le troisième et dernier opus. Ici, nous avons le point de vue de M. Ash, un Taltos. Un de ceux qui a fait souffrir la famille Mayfair ! Anne Rice boucle ici la boucle en donnant le point de vue des débuts de Lasher, et surtout en donnant le point de vue à un gentil. Ash est une espèce de géant qui veut vivre dans la joie, dans le bonheur et qui veut aider son prochain. Et ceci depuis des centaines d’années. Pourquoi une telle vision de la vie et pourquoi une telle tristesse ? Il traîne un lourd fardeau, une décision qui a anéanti la vie de beaucoup de Taltos. Et il tente de se rattraper.

C’est ce qui m’a beaucoup plu dans cette saga, c’est que beaucoup de choses tournent autour d’un évènement. Et qu’on le voit à chaque fois sous un œil nouveau, avec de nouvelles clés en main. Du coup, lorsque vous finissez les trois tomes, vous avez enfin la vision globale des choses. Certains pourraient trouver que l’on fait du sur place. Mais il n’est est rien. C’est comme de relire nos livres préférés en trouvant à chaque fois un élément nouveau que l’on aime



Le point central de l’œuvre : la famille.

Oui, tout tourne autour de cela. Que ce soit en parlant du Talamasca, des Taltos ou des sorcières, on se rend compte que tout est une histoire de famille. On commence à apprécier ces gens, avec leurs qualités mais aussi leurs défauts. Et ce qui nous fait dire que ce qui prédomine parfois des récits totalement sanglants et horribles (car il y’a des passages vraiment costauds) c’est que tout est régi par l’amour. Que ce soit lorsqu’on fait de belles choses ou que l’on fasse des erreurs. Tout l’enjeu est de savoir si l’on aura le pardon ensuite.

Ces querelles de familles, de grandes familles, je les adore. Ces clans à grandes histoires sont toujours aussi intéressants sous la plume d’Anne Rice qui a réussi encore à me surprendre en mêlant d’autres mythologies dans cette grande histoire. On se surprend à craindre des sorcières et à se demander si elles existent vraiment.

En conclusion : La saga des sorcières fut l’une de mes préférés en étant adolescente / Jeune adulte. Et j’ai beaucoup aimé la relire pour vous tous, pour vous la faire découvrir avec des yeux d’adulte maintenant. Je me suis rendue compte que certaines choses ne m’avaient pas autant marquées il y’a quinze ans environs. Cette lecture a gardé chez moi une forte empreinte et j’espère surtout vous avoir donné envie de la lire ou de la relire.


Ce livre est mon dernier livre du challenge organisé par Antonine : Le Challenge Pal Cold Winter 2012


Mais il fait aussi parti de mon challenge New Pal 2013 organisé par Yukie 

  
 

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Le problème d'Anne Rice et de son style d'écriture, c'est que je ne peux absolument pas dire que cela va te plaire. Alors je ne peux te dire qu'une chose : Tente le coup. ^^

      Supprimer