jeudi 27 décembre 2012

Millenium de Stieg Larsson






Tome 1 : Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes.



Présentation de l’éditeur : Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire.






 Un roman venu du froid….





Cela fait un an que je me dis qu’il faut absolument que je tente les Millenium. Et cela fait un an que je me traine. Parfois, on a peur devant un auteur qu’on ne connaît pas, devant une nationalité que l’on ne connaît pas et devant un style que l’on ne maîtrise pas. Et puis, me râlant dessus, j’y suis allée quand même. Et maintenant, je me maudis de ne pas avoir tenté plus tôt. Que vous dire maintenant sur les Hommes qui n’aimaient pas les femmes ? Déjà je trouve le titre très intriguant, très mystérieux. On ne peut deviner de quoi il s’agit avant d’avoir vraiment plongé dans le roman, après quelques chapitres.

Quant à l’ambiance. Je ne sais pas vous. Mais pour moi elle fut glauque à souhait. Une espèce d’île appartenant à une famille. Les gens qui se détestent tous cordialement. Les Vanger sont une famille à part. Et je pense que tant qu’on ne fait pas partie de ce clan, de cette île, on ne peut arriver à quoi que ce soit. Du coup, pour résoudre la disparition de la nièce, on se heurte constamment  à un mur de silence et toute l’interrogation du livre sera de faire outre ce silence-là.



Des enquêteurs qui ne sont pas au bout de leur peine.

Parlons un peu de Mickael. C’est l’homme à femmes, celui qui les aime par-dessus tout. A un point d’ailleurs qu’on a aussi l’impression qu’il les collectionne. Et on se demande comment il fait pour tenter de démêler l’intrigue autours des hommes qui n’aiment pas les femmes. Car pour lui, c’est vraiment impossible à concevoir. Pourtant, il va s’immerger le plus possible dans cette enquête, avançant à tâtons et en résolvant aussi ses problèmes professionnels et personnels en même temps. On ne peut que louer son professionnalisme et sa loyauté. C’est un homme qu’on aimerait avoir comme ami car on sent qu’il déploie toutes ses neurones à la résolution de ce problème.

Ensuite, Lisbeth. Une écorchée vive, une femme à fleur de peau dont on sent la carapace uniquement de façade car elle souffre constamment. Les deux mots qui viennent quand je pense à elle sont rage et peur. Et pourtant, elle est d’une beauté intérieure époustouflante et l’on a envie d’apprivoiser cette sauvageonne, chose que l’on arrive petit à petit tout au long du roman.

Pour conclure, car non je ne vous parlerai pas de l’enquête, je veux que vous le découvriez par vous-même. Les hommes qui n’aimaient pas les femmes m’a glacée d’effroi, m’a captivée, ma tenue en haleine et enfin je peux me réconcilier définitivement avec le thriller. Je pense aussi que je surveillerai la littérature danoise car c’est frais, un peu rude, j’avoue. Mais c’est tellement bon !






Tome 2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette


Présentation de l'éditeur : Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l'Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n'est pas ce qu'on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu'on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d'un maniaque et qui survivait en rêvant d'un bidon d'essence et d'une allumette ? S'agissait-il d'une des filles des pays de l'Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ?





Un tome qui revient aux origines de Lisbeth Salander

Avec le premier tome, on apprenait à connaître Lisbeth Salander, sa force, ses faiblesses. Mais le mystère restait toujours là. Comment cela se faisait il qu'elle avait été internée? Pourquoi avait elle été sous tutelle ? Alors qu'elle était si intelligente et paraissait répondre à un code d'honneur particulier? Pourquoi ne pouvait-elle pas s'attacher aux gens ? Sauf à son premier tuteur? Pourquoi le second avait-il été aussi cruel et sadique ? Le système était-il aussi pourri pour permettre de telles injustices? N'y avait-il donc personne pour l'écouter ? Pour comprendre les erreurs de l'administration autours d'elle ?

Dans ce tome-ci, vous aurez pas mal de réponses. Vous aurez ses origines, ce pourquoi elle est comme cela, si étrange. En même temps, on opère un véritable sentiment d'empathie avec elle. On a envie que cette femme réussisse, qu'elle s'en sorte, parce qu'avec tout ce qu'elle a subit, il faut qu'il y ait une fin heureuse, ou du moins acceptable pour elle. Lisbeth, c'est une amazone, une guerrière, et de ce fait, elle mérite la fin des grands héros



Une toile d'araignée encore plus épaisse

Déjà, je trouvais la toile du premier tome absolument géniale, digne d'un Agatha Christie où l'on se demande jusqu'à la fin qui est le coupable... Pour être totalement scotché à la dernière page. Ici, le tome 2 va encore plus loin. De crimes disparates, d'évènements se regroupant, on arrive à une énorme toile d'araignées, de complots, de mises en accusations que ce soit policières ou politiques. Je me demande où cet auteur a pu chercher tout cela car chaque évènement est imbriqué à l'autre, et vous devez chercher sous la plume de l'auteur quel est l'élément commun.

Grâce à ce roman, je me suis sentie l'âme d'une enquêtrice, en suspectant l'un ou l'autre, en me demandant comment ils allaient s'en sortir, en me demandant qui était le coupable. C'est une œuvre de maître, encore ! Car j'ai été totalement soufflée par le dénouement final.

En bref, vous avez là tous les arguments pour lire un excellent thriller, où vous ne chômez absolument pas. Cela vous prend aux tripes, peut être parfois trop car certaines scènes ne vous épargneront rien. Vous avez ce sentiment, à la fin du livre, de soulagement mais aussi d'impatience, d'attente. Car cette fin présage un tome 3 complètement ahurissant ! Petit coup de cœur (encore) pour le titre du roman, qu'il soit en version anglaise ou française d'ailleurs. C'est une manière très originale de résumer le livre, tout en laissant un épais mystère autours de l'histoire


Tome 3 : La reine du palais des courants d'air


Présentation de l'éditeur : Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Millénium ne lisent pas les lignes qui suivent s'ils préfèrent découvrir par eux-mêmes ce troisième volume d'une série rapidement devenue culte. Le lecteur du deuxième tome l'espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n'est pas morte. 
Ce n'est cependant pas une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l'hôpital, dans l'incapacité physique de bouger et d'agir. Coincée, elle l'est d'autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu'elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu'elle... Il n'existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l'ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent. Côté forces du bien. on peut compter sur Mikael blomkvist, qui, d'une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d'autre part, commence à concocter un beau scoop sur des secrets d'Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut certainement compter sur l'aide d'Armanskij, reste à savoir s'il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d'une publication concurrente.


Que dire  part que Lisbeth est l'une des femmes les plus courageuses au monde ?

Avec ce troisième tome de Millenium, on règle les comptes du passé de Lisbeth. En effet, tout cet opus montrera que la vie de cette femme a été gâchée à cause de son père et de ses relations avec les Services Secrets. Lisbeth est juste une victime collatérale de toute cette histoire mais subir des dommages collatéraux est tout simplement parfois révoltant.

Et pourtant, même avec une balle dans le crâne, Lisbeth nous montrera ses qualités de survivante. Elle va s'accrocher à la vie, se rétablir, tout faire pour réhabiliter son nom et même réussir à aider ses amis. Cela fait énormément de choses pour un seul être et c'est ce qui montre la véritable héroïne de ce roman, c'est elle. Car c'est bien Lisbeth qui montrera le plus de volonté.


Quant à l'enquête de Mikael, elle prend des ramifications insoupçonnées

Par contre, son destin n'est pas simple car on découvre que son père travaillait à la SEPO, à un degré d'habilitation faramineux, lui permettant d'agir en toute impunité. S'il y a un homme au dessus des lois, c'est lui Il est dans le service secret du service secret.

Et c'est ce que Mikael devra découvrir. Pourquoi le père de Lisbeth a cette immunité, qui le protège, quels sont ses niveaux de protection, comment ils agissent et aussi comme prouver cette machination ?

C'est là tout le génie de l'auteur car il ajoute des intrigues à l'intrigue, créant une conspiration haletante, tordue au possible qui malheureusement vous rendra totalement accro.

En conclusion, pour cette saga, je n'ai jamais eu de lecture aussi tendue et aussi bourrée d'adrénaline. Il y a des sagas que tout le monde se doit de lire. Millenium en fait partie.



1 commentaire: