mardi 6 novembre 2012

Discours sur la servitude volontaire d’Etienne de La Boétie







Présentation de l’éditeur : Publié en 1576, le Discours de la servitude volontaire est l'œuvre d'un jeune auteur de dix-huit-ans. Ce texte (ô combien actuel !) analyse les rapports maître-esclave qui régissent le monde et reposent sur la peur, la complaisance, la flagornerie et l'humiliation de soi-même. Leçon politique mais aussi leçon éthique et morale, La Boétie nous invite à la révolte contre toute oppression, toute exploitation, toute corruption, bref contre l'armature même du pouvoir.









Lecture scolaire, on pourrait dire. Mais de temps en temps, j’aime bien relire de vieux trucs. Au lycée, je l’avais lu car le fait que l’auteur ait 18 ans au moment de la rédaction de ce discours m’avait bluffée. Et je me suis dit qu’au même âge, j’étais très loin de ce niveau.



Une analyse sur la tyrannie et pourquoi elle dure

Le Discours sur la servitude est scindé en deux parties. La première montre les différents moyens d’arriver à la tyrannie. Cela fait partie des premières analyses contemporaines si je puis dire, sur les différenciations entre les différents régimes politiques. Et quand on voit que cela a été écrit plus de deux cent ans avant la Révolution Française, c’est dire à quel point cet écrit aurait pu être… Révolutionnaire. L’exercice d’analyse est d’autant plus fort car à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de Républiques ni de démocraties si vous vous souvenez bien. Il est donc difficile de décrire un régime en place et ses caractéristiques quand on ne possède pas beaucoup de points de comparaison.

La seconde partie montre qui sont les gens opprimés, pourquoi ils restent sous ce régime et donne aussi un aperçu de comment sont les tyrans. On découvre ainsi que les personnes subissant une privation de liberté ne le font pas nécessairement par choix. Mais c’est surtout venant du fait qu’ils ont l’habitude de ne pas avoir cette liberté. En effet, on ne peut regretter quelque chose qu’on ne connaît pas. Quant aux tyrans, on s’aperçoit qu’il est entouré de mini tyranneaux qui veulent eux aussi du pouvoir, et donc que ces premiers tyrans sont des gens très solitaires, qui ne peuvent avoir confiance en personne.





Une lecture instructive et facile d’accès.


Il ne faut pas avoir peur de lire ce petit discours. Tout d’abord il est court et le style y est assez simple. Aussi si vous n’avez pas peur de lire une grande description d’une soixantaine de pages, c’est le moment de vous lancer. La Boétie ne pose qu’une analyse mais en aucun cas une critique et n’apporte pas non plus des solutions à ce problème de tyrannie. Il faudra attendre quelques temps avant d’en arriver là dans les écrits. Mais on peut considérer que ce discours fait partie des pierres angulaires qui amènera un vent de Révolution en Europe.  Il fait donc partie intégrante de notre histoire.

A fortiori, il est aussi très actuel car il peut vous amener à vous faire poser des questions sur la notion de liberté : liberté individuelle mais aussi liberté des peuples. Cela vous permettrait d’analyser des pays sous des régimes tyranniques actuels et peut être comprendre un peu plus comment ces pays peuvent garder des régimes totalitaires en place. Souvenez-vous qu’il n’y a pas si si longtemps que cela, nous étions dans la même situation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire