jeudi 6 septembre 2012

Les Beignets de Tomates Vertes de Fannie Flagg








Présentation de l’éditeur : Au sud de l'Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d'une voie ferrée... Ninny, quatre-vingt-six ans, se souvient et raconte à Evelyn les histoires incroyables de Whistle Stop. Et Evelyn qui vit très mal l'approche de la cinquantaine et sa condition de femme rangée, découvre un autre monde. Grâce à l'adorable vieille dame, elle peut enfin se révéler, s'affirmer... Une chronique nostalgique et tendre, généreuse et colorée, pleine de saveur et d'humour. Un baume au cœur, chaud et sucré.








Koko en mode fille.

Non mais quand je lis mes La Couleur des Sentiments, La Couleur Pourpre, ou Les Beignets de Tomates Vertes, c’est clairement que je suis en mode fille. Ne vous étonnez pas, j’adore ce style de roman (que je colis d’ailleurs avec ma maman le plus souvent, comme cela, vous saurez vraiment tout) et surtout, cela fait du bien pendant la période estivale ! Ainsi, je range mes dragons, mes armures, mes combats épiques incessants pour me retrouver dans des drames humains. Et j’adoooooooooooore surtout avec Les Beignets de Tomates Vertes, c’est l’ambiance Amérique du Sud, Louisiane, problèmes de femmes. Bref ! Je m’en repais toujours autant (cela fait des années que cela dure) et surtout pendant mes vacances. De plus, j’avais un peu envie de poser avant de reprendre toutes mes séries. Donc hop, nous voilà parties au cœurs de l’Amérique profonde avec votre Koko internationale pour vous guider

Fannie Flagg a écrit ce roman pour les femmes, et je pense que cela est destiné pour les femmes. Donc messieurs, si vous tentez de lire cette chronique, je vous prie de mettre vos ovaires avant de descendre plus bas dans votre lecture !




Un roman de femmes.

Les Beignets de Tomates vertes nous donne le  récit croisé de plusieurs femmes à des époques différentes et avec un caractère bien différent. On a bien sûr Evelyn, une presque quinquagénaire frustrée qui vit très mal sa ménopause. Elle rencontre Ninie, une Octogénaire qui va lui raconter sa vie, et surtout celle de Ruth et d’Idgie, deux femmes dont le caractère très opposé va les rapprocher dans une grande histoire d’amour. De cette histoire, Evelyn va apprendre à grandir et surtout à s’assumer. A travers les épreuves de Ruth et d’Idgie, Evelyn va trouver le courage d’affronter ses peurs quotidiennes.

Comment aborder cette lecture ? Elle n’est pas aussi triste que vous le pensez, on peut la prendre comme un récit d’une vie (même imagée attention, cela  n’enlève rien à ses conséquences émotionnelles) et d’un coup d’un seul, vous vous retrouvez avec ses femmes, à rire et à pleurer avec elle. C’est comme si l’on écoutait l’histoire de sa grand-mère un peu fofolle qui vous raconte toutes ses aventures.  J’aime beaucoup ces vies simples et très riches en même temps car elles vous permettent de faire une véritable pause dans la vôtre.  De plus, les chapitres sont très courts, ponctuées de dépêches du journal local (ce qui vous fera beaucoup rire), parfois de recettes de cuisine (à la fin) et vous découvrirez  que vous l’aurez lu d’une traite avec un sourire aux lèvres et une larme au coin des yeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire