mercredi 2 mai 2012

La trilogie des Joyaux Noirs d'Anne Bishop



Histoire de vous permettre de lire sur votre transat ou au choix dans votre cave sombre au frais, laissez-moi vous présenter trois livres d’Anne Bishop


Tome 1 :La fille du sang




Présentation de l'éditeur : Il y a sept cents ans, une Veuve Noire a vu une prophétie prendre vie dans sa toile de songes. Désormais, le Sombre Royaume se prépare à l’arrivée de sa Reine, la sorcière qui détiendra un pouvoir plus grand que celui du Sire d’Enfer lui-même. Mais, celle-ci est encore jeune, influençable et vulnérable face à ceux qui voudraient la pervertir. Or, quiconque la tient sous sa coupe contrôle la Ténèbre. Trois hommes, des ennemis jurés, le savent. Et ils connaissent la puissance que recèlent les yeux bleus de cette enfant innocente. Ainsi commence un impitoyable jeu d’intrigues, de magie et de trahisons, dans lequel la haine et l’amour sont les armes… et dont le trophée est bien plus redoutable que tous l’imaginent







Ca y’est encore une histoire de prophétie




Et oui on n’y coupera pas. Une donzelle, une prophétie, des méchants. Bref. Ne vous attardez surtout pas sur ce détail. Surtout pas. La trilogie des Joyaux Noirs est surtout intéressante dans la manière d’écrire. Vous n’aurez pas de longues descriptions sur le monde qui vous entoure, vous n’aurez pas de préparation, de jolis décors en tête. NON ! Dès les premières pages, vous prenez déjà le train en marche. Et attention, vous avez beaucoup de personnages secondaires mais extrêmement importants, charismatiques. Ainsi, si vous vous demandez les premières pages si l’auteure sait où elle va… C’est normal. Et je vous rassure. Elle sait. Anne Bishop vous ballade, vous perd, vous désoriente. Et cela forme un bon cocktail pour cette trilogie. Vous en sortirez agréablement surpris.



Mais encore ?



L’univers des Joyaux Noirs s’inspire grandement de l’univers de la Renaissance. Toutefois, vous aurez aussi des références au monde moderne. Vous avez aussi plusieurs races : des démons, des anges, des sorciers… Et vous verrez, il n’est pas toujours facile de les différencier. Vous avez aussi un mode de société matriarcale qui pourra qui vous permettra de vous soigner de vos lents ressentiments sur les hommes. Dans les Joyaux Noirs, les hommes sont asservis par les femmes. Vous aurez la joie d’imaginer les effets de l’anneau de soumission (je n’en dirai pas plus) sur ceux que vous détestez en ce moment.

En parlant de sorcellerie. Parlons un peu des joyaux. Chaque personne qui a un potentiel magique peut naître sous la couleur d’un joyau ou l’acquérir à force d’études. Évidemment, les femmes font tout pour maintenir leur domination sur les hommes ce qui prouve bel et bien qu’une femme au pouvoir amène plus de cruauté (niark) lorsque c’est mal dirigé. On voit donc ici un monde perverti par certaines veuves noires (noir étant la plus haute couleur des joyaux). C’est un monde décadent qui va falloir reconstruire




Tome 2 : Héritière des ombres






Présentation de l'éditeur : Depuis des siècles, le Lignage attend la venue de Sorcière. Pourtant, la jeune Jaenelle désignée par la prophétie pour représenter l’incarnation vivante de la magie n’a pas été accueillie sereinement. Elle a au contraire terriblement souffert de la guerre sans merci dont elle fut l’enjeu durant son enfance. Seuls le temps et l’amour de ses tuteurs ont su guérir les blessures physiques de la jeune fille, mais son esprit reste fragile, à peine capable de la protéger de son passé. Toutefois, rien ne l’écartera de sa destinée, et l’heure du règlement de comptes approche. Quand ses souvenirs reviendront… quand sa magie arrivera à maturité… quand elle sera forcée d’accepter son sort… Ce jour-là, le Sombre Royaume comprendra ce qu’implique le règne de Sorcière.




Un tome qui se pose clairement en transition


Je viens de regarder la date de publication de ce premier tome, de ma chronique, on s'entend. Sachant que ladite chronique a été postée sur mon ancien blog de lecture. Donc, cela doit faire plus de trois ans que je n'ai pas lu cette saga. Le bilan est bien entendu désastreux sur mon suivi en matière de sagas que j'apprécie. Heureusement, l'écriture de Anne Bishop est là. Car même avec trois ans d'écart minimum, j'ai pu me souvenir de l'entièreté de l'intrigue du premier tome (et pourtant elle était costaude). J'ai pu aussi voir l'évolution dans mes chroniques, cela dit (mes pauvres, ce que vous avez dû endurer....)


Bref, je parle ici de ce second tome comme un tome de transition. Pas qu'il soit totalement exempt d'action, rassurez vous. Anne Bishop prend juste son temps pour reconstruire son héroïne qui, dans le premier tome, a vécu des choses réellement traumatisantes. Et ce qui a aussi failli détruire bon nombre de ses amis.


Une héroïne qui se reconstruit.

En effet, Jaenelle a eu un épisode traumatisant que je ne vous raconterai pas vu qu'il se situe fin du premier tome. Elle subit une très longue convalescence physique mais aussi une incroyablement longue convalescence mentale, tout ceci sous la protection de Sahtan, son tuteur mais qui est aussi l'un des plus grands sorciers mâles de son époque. Or, le pauvre Sahtan doit aussi retrouver ses deux fils qui, suite aux évènements précédents, sont toujours hors de sa portée.

Jaenelle poursuit donc son étude des joyaux, mais aussi fait tout son possible pour obtenir un entourage qui fera d'elle une vraie reine de cour. Or, les autres reines de Joyaux sombres ne l'entendent pas de cette oreille et font absolument tout pour qu'elle se sente le plus isolée possible. Arriveront-elles à leur fin ? Jaenelle parviendra-t-elle a être une reine noire alors qu'elle est si fragilisée ? Toutes les réponses sont dans ce tome ci mes amis, je vous le conseille donc vivement. Je vous retrouve dans l'année pour le troisième tome :)





Tome 3 : La reine des ténèbres




Présentation de l'éditeur : Jaenelle Angelline est désormais reine : le Lignage corrompu ne pourra plus massacrer les siens et souiller ses terres. Malheureusement, nul n’est jamais à l’abri d’une intrusion… Sans aide, même Sorcière ne peut protéger son pays. Seul l’amour inconditionnel de Daimon pour Jaenelle pourrait renforcer la cour et asseoir le pouvoir de la Reine.
Or ce dernier s’est perdu dans la folie du Royaume Perverti. Pourtant, même s’ils étaient réunis, leurs forces suffiraient-elles à repousser leurs ennemis ? Jaenelle en doute. Elle ne pourra sauver ceux qu’elle aime qu’au prix d’un immense et terrible sacrifice…











Un livre de complots

Et du coup, cela paraît long.... Cela ne gâche en rien la qualité de l'écriture et les personnages de la saga, attention. Mais j'ai eu l'impression de suivre 500 pages de discussions. Et j'avoue que cela m'a un peu coupée dans mon élan. On a Daimon qui revient à la surface. Il découvre ce qu'il a fait et pas fait, que Jaenelle est vivante, qu'elle l'aime, qu'elle veut faire de lui son consort. Il retrouve par la même occasion sa vie avec son père et son frère et enfin découvre ce qu'est une cour où l'on respecte les hommes (et croyez moi dans cet univers, c'est pas gagné). On découvre aussi son espèce de double féminin qui est une prostituée qui découvre du coup que les hommes ne sont pas tous mauvais. Les deux ont un humour à croquer et c'est ce qui m'a fait passer un très bon moment, je vous rassure.

Mais la famille (celle de sang, l'officielle) fait des complots pour  destituer Jaenelle car ils ne croient pas que c'est la Reine des Ténèbres (les beuh) et du coup, s'ensuit tout un tome de discussions, de complots et de démêlages de noeuds pour nous pauvres lecteurs, car croyez moi, Anne Bishop ne fait pas dans le complot simple. Elle aime nous faire des fausses pistes et jusqu'à la fin, on se demande si tout va bien se passer, en fin de compte.



Et du coup, une belle conclusion, une nouvelle ère.

Et oui. Une fois tous les problèmes des gens un peu traumatisés du lot résolus (et cela nous a pris du temps, mazettes), l'auteure nous montre comment on peut se reconstruire même avec des séquelles. Et je dois dire que c'est un peu ce qui fait du charme dans cette saga. C'est toute cette équipe de bras cassés qui s'en sortent quand même, grâce à leur  confiance mutuelle. Grâce à leur force aussi. Et en tenant compte de leurs faiblesses.

Ainsi, la saga s'achève sur une note toute personnelle de l'auteure. Mais ne vous inquiétez pas, un épisode Spin off a vu le jour : L'anneau Invisible, que je vous lirai dans la semaine. Ainsi, tout sera bien lu et l'univers sera aussi complet.





Tome 4 : l'Anneau Invisible






Présentation de l'éditeur : Jared est un esclave sexuel Entravé par l’Anneau d’obéissance.
Après neuf ans de souffrance, il a tué sa maîtresse et s’est échappé. Hélas, il est rattrapé et acheté par une reine, la Dame Grise. Jared craint de partager le destin tragique des autres esclaves qui ont disparu à jamais. Il se prépare à mourir…
Mais, alors que la Dame Grise révèle sa véritable nature, Jared se retrouve face à un cruel dilemme. Il devra choisir entre la liberté et l’honneur 









Au départ, je suis partie à reculons

C'est vrai, l'histoire était terminée avec la reine des Ténèbres. A quoi cela pouvait donc servir de faire un Spin off un peu obscur sur un anneau invisible, toussa toussa. Mais je me suis bien trompée et l'auteure était là pour me le souligner malicieusement. Nous ne prenons pas du tout l'histoire de Jaenelle (comme je m'y attendais) mais nous suivons l'histoire de Jared, un esclave sexuel, pourvu bien malgré lui d'un anneau d'obéissance (situé où vous pouvez le deviner forcément) et formé par le redoutable Daimon (rha la la, celui là et son côté bien sadique). Bref, il a tué une reine et du coup, il est en partance pour les Mines de sel pour grosso modo, mourir dans d'atroces souffrances parce que torturer un mâle, c'est passable mais tuer une femme, c'est franchement pas cool.

Comme de par hasard, il va être sauvé des mines par une Dame Grise qui en fait va être plutôt cool. Et surtout, elle va lui enlever l'anneau qui fait mal là où vous pensez et va le remplacer par un anneau invisible (dont on va douter de l'existence pendant tout le roman, je vous rassure). Mais c'est quoi cet anneau invisible ? Et bien, il ne contraint pas à l'obéissance mais à autre chose (aaaaah c'est donc cela !).


Je suis contrainte de vous dire que la lecture de ce spin off est toutefois nécessaire les amis.

Et oui. Cette histoire qui a l'air d'une romance, d'un truc un peu bizarre qui n'a rien à voir avec l'histoire explique encore mieux que la trilogie le principe de la société matriarcale des Joyaux Noirs. Et encore, je trouve que société matriarcale c'est pas vraiment cela. Et c'est ce que j'ai particulièrement aimé dans cette saga. C'est une société de célébration de la femme (en tant que sorcière, de tout un tas de trucs qu'il vous faut découvrir). Mais le principe de cette société n'est pas d'asservir les hommes comme le tendent à nous faire croire la trilogie des joyaux. Nan. Le principe de cette société est de créer une cour d'hommes qui vont créer une sorte de cercle de chevalerie permettant de se dépasser et surtout de créer un groupe très fort.

Et c'est là que j'ai compris encore mieux cette trilogie au travers de ce spin off (ce qui est fort) c'est que cette société se compare plus à un jeu d'échecs dont la pièce principale est en fait la reine. De la manière dont une reine raisonne et élabore sa stratégie, tout changera dans sa cour. Et grâce à ce spin off, du coup, j'ai pu avoir une autre vision de la trilogie des Joyaux. Et ça c'est fort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire