mardi 1 mai 2012

La Malerune de Pierre Grimbert et de Michel Robert


Tome 1 : Les Armes de Garamont







Présentation de l’éditeur : La stabilité du monde repose sur deux runes magiques : la Malerune et la Belle Arcane. Mais un jour, les pouvoirs destructeurs de la Malerune sont déclenchés. Unique espoir pour rétablir l'équilibre : retrouver la Belle Arcane. Et le temps presse. Parmi des dizaines de chevaliers qui se sont déjà mis en quête, seul Eras de Garamont, parti il y a trois ans, semble toucher au but. Envoyés au château de Garamont, Zétide le vieux mage et Hogo le monstrueux lycante font la connaissance de la fille d'Eras. La quête doit se poursuivre : le sort du Troisième Monde est en jeu.









Le monde de la Malerune, un monde régi par l’Equilibre


Et c’est bien l’essentiel de ce premier tome qui nous décrit et qui nous dévoile la Malerune. Tout n’y est que dualité, bonne et mauvaise, créée par les Dieux, dans deux mondes qui se juxtaposent. Ces royaumes sont régis par la magie des runes. Et chaque monde possède une rune suprême permettant la domination de l’autre : la malerune et la Belle Arcane. La Malerune étant découverte, l’Equilibre est rompu. La quête sera donc de trouver la Belle Arcane. Et pour cela, le chevalier Eras de Garamont, non content de partir lui-même en quête, fournira ses deux enfants pour l’accomplissement de celle-ci, ses meilleurs armes : ses filles, dont l’une matérialisera le corps et l’autre l’esprit.



Un monde nouveau dont les racines prennent corps dans nos contes et nos mythologies.

En effet, c’est ce qui m’a le plus marqué dans ce tome. J’ai eu l’impression de relire l’histoire du Minotaure… Mais aussi le début de la Belle et la Bête. Et pourtant ce n’est pas un pastiche, bien au contraire. Ce sont de solides piliers qui je le sens enrichiront ce monde que je découvre petit à petit, comme je découvre au fur et à mesure les préceptes de l’Equilibre.

Un cycle très prometteur donc qui se laisse visiter très facilement mais qui ne reste pas dépourvu de richesses. Je m’en vais, de ce pas, chercher avec nos deux héros, la Belle Arcane pour vous.




Tome 2 : le dire des Sylphes






Présentation de l’éditeur : Lancée sur les routes à la recherche de son père, la jeune Ariale découvre un monde dévoré par le chaos. La magie destructrice de la Malerune est en train de dévorer le Troisième Monde, et il reste de moins en moins de temps à Ariale, Zétide, Hogo et Lucia pour retrouver la Belle Arcane.
Grâce aux indices laissés par le Chevalier Eras, ils découvrent le peuple des Sylfes, qui leur révèle la prophétie décryptant le mystère de l'Arcane : six runes distinctes disséminées dans tout le Troisième Monde doivent être retrouvées et assemblées pour annuler les effets de la Malerune.
De la Forteresse d'Arcadie aux Monts des Lycantes, les compagnons partent alors pour un long et incertain périple à la recherche des six runes premières







Un tome initiatique pour Ariale.

En effet, Ariale est la plus jeune de cette bande. Agée de seulement dix ans, elle démontre depuis le tome 1 une incroyable sagesse, une formidable maturité pour son âge ainsi qu’une farouche détermination, une bonne fougue et une réelle empathie avec le monde qui l’entoure.
Tout au long du Dire des Sylphes, nous la voyons dans son désir d’apprendre la magie. Mais laquelle choisir ? Ce tome vous montrera le sujet de ses réflexions, leur résultat, une partie de son apprentissage, et surtout, comment elle a pu trouver la source de son pouvoir. Nous découvrirons aussi des secrets sur sa famille et comment leur lien avec la nature s’est approfondi.



Un calme avant la tempête ?

Ce qui est délicat avec les seconds tomes d’une trilogie, c’est que nous avons souvent des tomes de transition laissant mûrir l’intrigue pour la laisser éclater au tome final. L’originalité du Dire des Sylphes, c’est que vous alternerez entre moments d’action et moments de paix.

Lorsque vous serez en paix, vous en profiterez pour voyager au sein du Troisième Monde, au milieu de nos aventuriers. Mais vous en profiterez aussi pour voir les liens entre eux s’intensifier d’une manière ou d’une autre, que ce soit dans le drame ou dans les moments d’une franche camaraderie. Lorsque vous serez en action, vous serez tenus en alerte, que ce soit dans la fuite ou dans le combat, abordant chaque aspect à travers les lieux de chacun. Un tome à l’image des runes premières : simple mais complexe à la fois.




Tome 3 : la Belle Arcane






Présentation de l’éditeur : Les hordes de la Malerune menacent à présent les derniers bastions Eldes... Le chevalier Eras est toujours introuvable, et l'unique espoir de sauver l'Équilibre repose entre les mains de sa fille Ariale et de ses compagnons.
Traqués par les armées du mal, ils tentent désespérément d'achever la quête de la Belle Arcane. Ils ignorent que la plus terrible des épreuves est encore à venir, au-delà des portes du Maûne.
Au cœur même du mal, l'Ennemi qui les attend depuis si longtemps n'est pas celui qu'on croit... L'affrontement final ne laissera aucun d'entre eux indemne.











La belle Arcane ou le pouvoir de tout changer.

La belle Arcane, symbole du Bien dans cette trilogie, montre plusieurs choses. Tout d’abord, s’il n’a fallu qu’une rune pour étendre le Mal, sur le monde, il en faudra six pour rétablir L’Equilibre. Intéressant non ? Et il en va de même pour la magie dans ce royaume. La magie pour détruire ne coûte rien alors que celle pour guérir nécessite le don de sa propre énergie. Et la Belle Arcane utilisera toutes ces nuances.

Le chemin vers l’Equilibre est long, périlleux et dur. A l’image du monde réel, sommes toutes. Mais les auteurs ont su ajuster les métaphores avec justesse pour nous le démontrer. La Belle Arcane saura suaver les mondes comme les gens.




La belle Arcane et Ariale.

C’est vraiment l’aspect que j’ai particulièrement aimé dans la Malerune. C’est que plus on cherche la Belle Arcane, et plus on connaitra Ariale qui est un pu symbole d’innocence et de vérité dans cette histoire. Et c’est son histoire, son héroïsme, sans gâcher ceux des autres, qui ont une vraie dimension dans cette série. De son épanouissement et de son apprentissage découleront la Belle Arcane, ou la Belle Ariale si vous préférez.

Ariale nous montrera qu’avec ses propres défauts, elle est capable de révéler le bon en chacun. Et que chaque petit changement sauvera les mondes.



Un bilan plus que positif pour la Malerune.







La Malerune est pour moi un cycle complet, enchanteur, qui ravira autant les novices que les avertis. Il existe des cycles que l’on aime par leur fraicheur et leur profondeur à la fois. Et cela fait partie Du charme suranné de ce livre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire